Réunion des interlocuteurs académiques de documentation, Paris, les 24 et 25 janvier 2011

Ouverture par Jean-Louis Durpaire

Ouverture de la réunion

JL Durpaire insiste sur l’importance des interlocuteurs et leur implication dans le tissu académique. Il rappelle ensuite les axes de travail de l'IGEN dans la continuité des rapports (notamment le rapport IGEN EVS/IGB ainsi que celui sur les politiques documentaires des établissements scolaires) qui sont les suivants :

•    la formation à la culture et à la maîtrise de l'information ;
•    les  espaces documentaires ;
•    la formation de l'encadrement et des professeurs documentalistes.


Il évoque le PACIFI (Repères pour la mise en œuvre du Parcours de formation à la culture de l’information (Pacifi),  publié en octobre 2010 : http://eduscol.education.fr/veille-education-numerique/octobre-2010/parcours-formation-culture-information) qui s'installe progressivement dans les actions de formation académiques et nourrit les débats pédagogiques. JL Durpaire note que le démarrage est lent, ce qui ne l'étonne pas puisqu'il faudra les médiations habituelles, dont les interlocuteurs Doc pour qu’il s’installe dans les pratiques pédagogiques.

JL Durpaire traite ensuite du prochain séminaire organisé par la DGESCO, l'ESEN et l'IGEN : « du CDI au Learning centre » (23 - 25 mars à l'ESEN) qui a l'ambition de nourrir une réflexion prospective sur les démarches d'apprentissage des collégiens et des lycéens dans le contexte de la  société numérique et de la formation des élèves par compétences. Ce séminaire a été construit à la fois à la lecture du rapport des inspections générales (IGEN / IGB, mars 2009, « L’ accès et la formation à la documentation du lycée à l'université : un enjeu pour la réussite des études supérieures ») qui avait constaté que « la question des méthodes de travail des lycéens, des temps et des lieux où le lycéen peut travailler et apprendre à travailler de manière autonome, était insuffisamment pensée » et à la fois sur les études internationales. Ce sera donc un temps consacré à l’interrogation des espaces (et donc des temps) de travail des élèves dans l'établissement scolaire. Ce temps de travail croisera des réflexions  disciplinaires et transversales sur les contenus d'enseignement. Il fera se rencontrer des personnels d'encadrement, des CPE, des professeurs documentalistes, des enseignants disciplinaires et des experts, tous engagés dans des démarches innovantes ou expérimentales.

JL Durpaire évoque aussi deux récentes missions à l'étranger :

•    Montréal (où il était invité au Congrès des milieux documentaires et où il a apprécié l'importance de rencontres entre des professionnels exerçant dans des milieux très différents;
•    Londres où les bibliothèques sont engagées dans des mutations importantes.


Enfin, JL Durpaire aborde l'actualité la plus vive en ce 24 janvier 2011 : le projet de circulaire de missions des professeurs documentalistes. Après un rappel des éléments structurants du texte, un échange s'organise avec les interlocuteurs Doc-TICE.