Ressources humaines et communication - EcoGest@actu n° 119 - septembre 2013

 

Paloni Market

Source : Crcom

Un scénario pédagogique pour la classe de Terminale RH et communication exploitant les thèmes "Mobilisation/motivation" et "Cohésion/conflit" du programme. Les élèves sont invités, au fur et à mesure du déroulé de l’histoire, à prendre connaissance des documents qui leur sont remis à chaque étape et à effectuer des recherches mettant en œuvre les TIC. Ils sont ainsi mis en situation de conseil auprès de la direction d'un hypermarché en pleine mutation.

Lien : http://www.crcom.ac-versailles.fr/spip.php?article790

Pourquoi les jeunes ont trois fois plus d’accidents du travail que leurs ainés

Source : Anact

Le plus grand nombre d'accidents du travail chez les jeunes salariés s'explique par leur présence plus forte dans les emplois accidentogènes, ainsi qu'une tendance à la prise de risque liée au manque d'expérience. Cette situation se retrouve dans l'ensemble de l'Europe ainsi qu'au Québec. Les jeunes sont donc non seulement touchés par la précarité mais aussi par le risque d'accidents quand ils ont un travail.

Lien : http://www.anact.fr/web/actualite/essentiel?p_thingIdToShow=33953605

Pour être embauché, mieux vaut ressembler à son recruteur

Source : Le Monde

La "culture d'entreprise" sert souvent de prétexte pour justifier des recrutements de candidats qui ressemblent aux recruteurs. Les critères d'appartenance et de ressemblance prennent souvent le pas sur les compétences. Cette homogénéité nuit ensuite à la créativité au sein de l'entreprise qui gagnerait à plus de diversité.

Lien : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/25/entretien-d-embauche-poison-de-culture_3466150_3234.html

Transmission des savoirs et intégration autour du contrat de génération

Source : Focus RH

Le contrat de génération est un dispositif destiné à favoriser le maintien des seniors dans l’emploi et l'intégration de jeunes diplômés, de manière à permettre la transmission des savoirs. Il concerne tout particulièrement les compétences rares. Les entreprises intéressées devront repérer et former des tuteurs volontaires. Celles de moins de 50 salariés qui mettront en place ce système recevront une aide de 4 000 euros par an pendant trois ans, à condition de recruter un jeune en CDI et de conserver un senior dans l'emploi.

Lien : http://www.focusrh.com/strategie-ressources-humaines/diversite-emploi/a-la-une/transmission-des-savoirs-et-integration-autour-du-contrat-de-generation.html

Pénibilité du travail : trois facteurs de risque identifiés

Source : Les Échos

La loi de 2010 a inscrit dans le Code du travail trois types de facteurs de risque qui recouvrent la notion de pénibilité du travail dans la mesure où ils "laissent des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé". Il s'agit du port de charges lourdes ou de postures pénibles, du travail de nuit et de l'exposition au bruit. Depuis février 2012, les entreprises doivent tenir des "fiches individuelles de prévention des expositions aux facteurs de risques professionnels", précisant les conditions d'exposition et les mesures de prévention éventuelles. Ces fiches sont communiquées à la médecine du travail et tenues à la disposition des salariés concernés. Beaucoup d'entreprises ne semblent pas respecter cette obligation de traçabilité de la pénibilité qui pourtant devrait être obligatoire avec les futures dispositions relatives à la retraite.

Lien : http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/bien-etre-au-travail/0202934212479-penibilite-du-travail-trois-facteurs-de-risque-identifies-8448.php

"Le mal-être au travail coûte 13 500 euros par an et par salarié"

Source : Les Échos

La mauvaise organisation du travail coûterait 13 500 euros par an et par salarié aux entreprises et entraînerait une dégradation de la performance pour 27 % d'entre-elles. Cette désorganisation a des impacts sur les conditions de travail et donc sur le sentiment de bien-être des salariés, causant en particulier des problèmes de stress, d'anxiété, de douleurs dorsales et de migraines. Le secteur tertiaire est celui dont le management génère le plus de stress.

Lien : http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/bien-etre-au-travail/le-mal-etre-au-travail-coute-13-500-euros-par-an-et-par-salarie-8120.php

Canicule : au travail, tout n'est pas permis

Source : Le Point

Le Code du travail ne prévoit pas de température maximale au-dessus de laquelle il serait possible de refuser de travailler. Néanmoins, il indique que l'employeur doit veiller à ce que l'air soit "renouvelé de façon à éviter les élévations exagérées de température, les odeurs désagréables et les condensations". Le Ministère de la santé préconise les ventilateurs, les brumisateurs, les volets et la mise à disposition d'eau fraîche. Sans respect de ces conditions, le salarié peut exercer un droit de retrait mais encore faut-il, pour le justifier, "que l'exercice de l'activité du salarié devienne impossible".

Lien : http://www.lepoint.fr/societe/canicule-au-travail-tout-n-est-pas-permis-22-07-2013-1707152_23.php

Comment dire à votre boss que vous êtes débordé(e) ?

Source : Cadre emploi

Quand les dossiers urgents s'empilent et les nouvelles missions se télescopent, mieux vaut parler de la surcharge de travail impossible à gérer avec son manager, en argumentant et en proposant des solutions après avoir fait un diagnostic précis de la situation. Le moment choisi pour cette discussion a son importance : mieux vaut ne pas le faire à chaud et trouver un moment propice à l'écoute.

Lien : http://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-carriere/detail/article/special-rentree-comment-dire-a-votre-boss-que-vous-etes-deborde.html