Economie - Ecogest@actu n° 128 - juin 2014

Les comptes des administrations publiques en 2013

Source : Insee

En 2013, le déficit public au sens de Maastricht s’établit à 88,8 milliards d’euros, soit 4,2 % du produit intérieur brut (PIB). En 2013, le taux de prélèvements obligatoires s’établit à 44,7 % du PIB, en hausse de 1,0 point par rapport à 2012. Le poids de la dette publique dans le PIB progresse de 3,1 points pour atteindre 91,8 % (4 pages en PDF).

Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1500

 

Les comptes de la Nation en 2013

Source : Insee

En 2013, la croissance de l’économie française reste faible : le produit intérieur brut en euros constants progresse de 0,3 %, comme en 2012. La consommation des ménages redémarre, après une baisse historique en 2012. En revanche, l’investissement total recule pour la première fois depuis 2009. Après un net recul en 2012, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages se stabilise en 2013. Le taux d’épargne des ménages est quasi stable. Les taux de marge et d’autofinancement des sociétés non financières diminuent de nouveau (4 pages en PDF).

Lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&ref_id=ip1499

 

L’impact économique de l’exploitation des gaz de schiste

Source : Assemblée nationale

Le rapport d'information de l’Assemblée nationale propose un état des lieux de l'exploitation des gaz de schiste aux États-Unis, considérée comme une "révolution" qui permet de raviver la croissance américaine, au détriment de l'industrie européenne. Si le rapporteur n'est pas opposé à la relance de la recherche sur les gaz de schiste, notamment pour estimer les ressources existantes et en évaluer la rentabilité, il s'interroge sur l'impact économique de leur exploitation, compte tenu de "l'environnement économique et des contraintes existantes" en Europe, différent de celui des États-Unis (64 pages en PDF).

Lien : http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i1919.asp

 

Les banques centrales, dernier rempart contre la déflation

Source : OFCE

Six ans après le déclenchement de la récession, peu de pays ont rattrapé le niveau d’activité de 2008. En 2013, la zone euro est sortie de la récession. Mais la "vraie" reprise se fera attendre. D’abord parce que les politiques budgétaires resteront restrictives, même si elles le seront moins que par le passé. Ensuite parce que le ralentissement de l’inflation, et même la menace d’une entrée en déflation, réévaluent les taux réels d’aujourd’hui et de demain. Enfin parce que les pays émergents subissent plus qu’ils n’impulsent la croissance mondiale (296 pages en PDF).

Lien : http://www.ofce.sciences-po.fr/publications/revue135.htm

 

L’usage de la propriété intellectuelle par les entreprises

Source : Commissariat général à la stratégie et à la prospective

La façon dont les entreprises utilisent la propriété intellectuelle joue un rôle clé dans leur capacité à innover et à se développer. L’analyse permet d’en tirer des enseignements pour les politiques publiques (note d'analyse).

Lien : http://www.strategie.gouv.fr/blog/2014/03/note-lusage-de-la-propriete-intellectuelle-par-les-entreprises/

 

Vers une industrie moins... industrielle ?

Source : Cepii

L’économie française, comme beaucoup d’économies développées, se désindustrialise à un rythme rapide, souvent jugé préoccupant. L’exploration des données de bilan des entreprises françaises révèle que 83 % des entreprises industrielles ont une production de services pour autrui et que près du tiers produisent, en réalité, plus de services que de biens. Entre 1997 et 2007, cette tendance à produire des services s’est renforcée. Cette "servitisation" de l’industrie suggère qu’un processus de désindustrialisation est aussi à l’œuvre au sein même des entreprises industrielles (4 pages en PDF).

Lien : http://www.cepii.fr/CEPII/fr/publications/lettre/abstract.asp?NoDoc=6578

 

Étude économique de l'Union européenne 2014

Source : OCDE

Les économies de l’UE semblent voir le bout du tunnel après plusieurs années de croissance faible et inégale. Toutefois, l’anémie de la croissance de la productivité, bien que partiellement attribuable à la récession, a des causes structurelles profondes. La croissance pourrait être plus élevée, mieux partagée et plus soutenable si davantage de politiques ambitieuses étaient mises en œuvre. Le marché unique de l’UE reste fragmenté en raison de règles complexes et hétérogènes. La suppression des barrières implicites au commerce entre pays se traduirait par d’importants gains de croissance et d’emploi (synthèse en 46 pages au format PDF).

Lien : http://www.oecd.org/fr/economie/etudes/etude-economique-union-europeenne.htm

 

Comprendre le traité TAFTA en cinq questions

Source : Le Monde

Le grand marché transatlantique, la Transatlantic Free Trade Area (TAFTA), sa première appellation, n'en finit pas de cristalliser l'opposition des eurosceptiques. Selon eux, ce traité de libre-échange est synonyme d'opacité, de "poulet au chlore" ou encore de délocalisation de notre justice aux États-Unis. En quoi consiste exactement ce traité ? Les critiques des opposants sont-elles justifiées (vidéo de 5 minutes) ?

Lien : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/video/2014/05/22/comprendre-la-tafta-en-cinq-questions_4424080_4355770.html

 

Les limites étroites de la démocratie européenne

Source : La Tribune

Les sujets de fond, comme la fracture entre le nord et le sud de l'Europe, n'ont guère débattus pendant cette campagne pour le renouvellement du Parlement européen. Logique, dans la mesure où ce Parlement n'a pas vraiment son mot à dire à ce sujet. Un article de Jean Pisani-Ferry, Commissaire général à la stratégie et à la prospective.

Lien : http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20140505trib000828381/les-limites-etroites-de-la-democratie-europeenne.html