Enseignements professionnels - Ecogest@actu spécial 10 ans

10 ans d’affirmation de la voie professionnelle

 

Avec la création des lycées de métiers, la voie professionnelle s’est considérablement transformée et affirmée en dix ans. Le changement peut se mesurer sur plusieurs points, notamment :

  • La préparation des baccalauréats professionnels en trois ans au lieu de quatre auparavant, avec l’application de nouveaux programmes qui introduisent par exemple en économie-droit, des études permettant aux élèves de réinvestir des connaissances relatives à un thème, sur un objet d’étude donné, ayant pour objectif la réalisation d’un travail personnel et servant à l’évaluation certificative.
  • L’utilisation pédagogique du portfolio ;
  • La promotion de l’enseignement professionnel au collège, par l’introduction du module de découverte professionnelle d’une durée de 3 à 6 heures
  • L’accession des bacheliers professionnels à l’enseignement supérieur professionnel ;

- dispositifs d’admission en BTS renforcés avec les mentions au baccalauréat ;
- création, à titre expérimental, d’une classe préparatoire ECP (Économique commerciale voie professionnelle) en trois ans au lycée Cassin à Strasbourg.


Ces actions sont relayées par le CERPEG, le centre de ressources de l’enseignement professionnel tertiaire.


L’actualité de la voie professionnelle : les sections européennes


Les sections européennes en lycée professionnel


Ces sections ont été créées à la rentrée scolaire 2002. La finalité d'une section européenne en lycée professionnel doit être, tout autant que la compétence linguistique, l'acquisition de compétences professionnelles et culturelles obtenues grâce aux contacts avec l'étranger.


Le BO n° 31 du 30 août 2001 précise les conditions de sa mise en oeuvre.
http://www.education.gouv.fr/bo/2006/34/MENE0602013A.htm
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo010830/MENE0101094N.htm


L’enseignement spécifique à la section européenne se décompose en deux temps.


Tout d’abord un enseignement de langue vivante renforcée assuré par un professeur de langues, puis un enseignement assuré par un professeur d'une spécialité professionnelle ayant obtenu une habilitation DNL (Discipline non linguistique) dans la discipline de spécialité des élèves.


La mention "section européenne" suivie de la désignation de la langue concernée est inscrite sur le diplôme du baccalauréat professionnel si les élèves réunissent les conditions suivantes :
- obtenir au moins 12/20 à l'épreuve de langue vivante passée dans la langue de la section ;
- obtenir au moins 10/20 à une évaluation spécifique visant à apprécier le travail mené dans le cadre de la section européenne ou de langue orientale :
http://www.education.gouv.fr/cid2497/les-sections-europeennes-langues-orientales-college-lycee.html


En parallèle, il est aussi possible pour les élèves des sections européennes d’obtenir deux attestations :
- l'europass qui atteste d'une période de formation en entreprise réalisée à l'étranger ;
- l'europro qui est une évaluation organisée par l'établissement de formation à l'issue de la période de formation en milieu professionnel. Au cours de cette évaluation, le candidat présente un dossier pendant environ 10 minutes. Ce dossier fait ensuite l'objet de questions posées au candidat pendant un temps équivalent. :
http://www.education.gouv.fr/botexte/bo020530/MENE0200961A.htm


Afin de donner tout son sens à l’enseignement de la DNL en langue vivante, les périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) à l’étranger constituent un réel atout.


Pour financer ces PFMP, des moyens peuvent être mis en place pour organiser la mobilité des élèves : le programme Léonardo, géré par l'agence Europe Education Formation France (Agence 2e2f) :
http://www.europe-education-formation.fr/leonardo-mobilite.php


Des exemples de ressources pédagogiques


Ces exemples sont présentés dans les domaines de l'hôtellerie et de la restauration sur le site Emilangues :

 

 

 


En 10 ans la voie professionnelle a donc évolué. Elle continue à changer afin de proposer aux jeunes, le plus tôt possible, une formation professionnelle et générale adaptée, souvent innovante et de plus en plus ouverte sur l’enseignement supérieur.