Rassemblement de Caen, décembre 2008

Rassemblement de Caen, décembre 2008

Interventions des interlocuteurs académiques

Comment partager les pratiques TICE-EPS

 

Partager les pratiques « TICE », ou comment sortir de l’anachronisme ?

inter_fred_g_1.jpg

Les relations enseignants/enseignés sont le coeur de l’école, les apprentissages y puisent leur force et leur vitalité. Dans cette relation sensible et complexe les TICE peuvent faciliter le rôle de chacun, notamment en redonnant aux savoirs dispensés plus de sens et de fait un plus grand attrait. S’il n’y a pas d’apprentissage sans désir d’apprendre il apparaît fondamental de faire naître ou renaître ce désir chez beaucoup de nos élèves.

Les TICE ne sont pas un phénomène de mode, elles font partie intégrante de notre monde, un monde de plus en plus « numérique » et qui développe grâce à ces technologies de nouvelles puissances de calcul et d’analyse. Notre monde accélère de façon exponentielle ses transformations et sa production de savoirs. Dans cette mouvance l’école doit trouver un nouveau rapport aux savoirs et à ce qu’il convient d’enseigner. Les élèves doivent être dorénavant placés dans des dynamiques d’apprentissage et non plus devant des savoirs figés ou dogmatiques. L’important est d’apprendre à apprendre.

Les objets numériques engendrent d’autres bouleversements plus sournois autour de l’idée de culture numérique. Cette culture trouve une expression délurée chez des adolescents imaginatifs et consuméristes. Cette culture très évolutive se développe sans véritables repères, sans garde-fous suffisamment protecteurs. L’école, mais aussi les parents, doivent être ici interpellés. Où est cette contre-culture numérique nécessaire à la sensibilisation et à l’éducation des enfants ? Où est cette diligence nécessaire sur ces outils à la fois objet et moyen d’enseignement ?

La pratique des TICE à l’école n’obéit donc pas à une quelconque lubie. Nous avons identifié des enjeux de taille qui doivent nous mobiliser pour réussir ce partage avec le plus grand nombre de nos collègues. Mais que partager ? Au-delà des TICE c’est souvent une nouvelle forme de relation enseignant/enseignés qui est mise en évidence. Pour cette raison, l’appropriation ne se résume sans doute pas à la seule maîtrise d’une technologie parfois capricieuse ; il ne suffit pas de montrer de belles pratiques innovantes pour d’emblée les partager.

Un partage réussi passe par une envie réciproque. Nous retiendrons ici d’une part l’importance de la sensibilisation aux enjeux autour des TICE, et d’autre part la nécessité de partager des formes de pratiques TICE variées (surtout pas nécessairement avant-gardistes). Le partage, comme l’apprentissage, impliquent un décalage optimal pour ouvrir d’autres voies.

Le diaporama de l'intervention pdf-1.gif

Frédéric GUELLEC – Interlocuteur académique TICE EPS AIX-MARSEILLE