ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Les Lettres d'information d'éduscol

L'interview de...
Valérie Defauquet et Éric Robillot

Ils siègent pour la première fois en CPC. Valérie Defauquet, membre du collège Employeurs de la 16ème CPC Services administratifs et financiers et Éric Robillot, membre du collège Salariés de la 3ème CPC Métallurgie présentent leur parcours, leur secteur et leurs attentes...

Photo Valérie DefauquetTitulaire d’un DESS Administration et relation emploi formation, je suis responsable de l’Observatoire des métiers de la Mutualité. Je travaille avec les partenaires sociaux soucieux de professionnaliser le secteur. D’où la construction des certificats de qualification professionnelle (CQP) de conseiller mutualiste, assistant commercial, chargé d’accueil, spécialiste en prestations, télé conseiller pour répondre à trois objectifs : recruter à l’interne, qualifier, reconvertir. Notre secteur se caractérise par un très fort besoin de reconversion de la gestion vers le commercial. On ne licencie pas, on accompagne les personnels dans leur parcours de reconversion. Nous cherchons à favoriser la reconnaissance du CQP par d’autres branches professionnelles. Pour l’instant, cela n’a pu se réaliser. Lors de ma première CPC, j’ai été frappée par le contraste entre la position du secteur mutualiste, très investi dans les emplois d’avenir, expérimentant la construction de parcours, construisant la formation de la seconde chance pour les chômeurs de longue durée et celle de l’Éducation nationale principalement centrée sur la hausse des qualifications. Les deux systèmes paraissent cohabiter et finalement ils ne se rejoignent pas. Participer à la 16ème CPC représente pour nous l’aboutissement d’un processus, le lieu où nous devons être pour faire entendre une voix, différente de celle de la banque et de l’assurance. Nous souhaitons participer à la refonte de certains diplômes afin d’y intégrer une dimension "mutualité". Notre souci n’est pas de créer un diplôme qui nous soit propre mais d’inclure la mutualité dans les diplômes des secteurs connexes.

Photo Eric Robillot

Je travaille chez EADS France au sein de l’entité Recherche et développement innovation works. J’ai un BTS et un DEST en métallurgie. Mon mandat de délégué syndical central (UGICT CGT) me prend beaucoup de temps mais je garde une petite activité professionnelle et participe à présent à la 3ème CPC Métallurgie.  Quand on est salarié ou étudiant, on ne sait pas forcément comment sont élaborés les diplômes de l’Éducation nationale ni qui sont les parties prenantes. On nous apprend à être de futurs "super joueurs de foot", mettant en œuvre des techniques élaborées, sans connaître les règles du jeu : les conventions collectives, le règlement intérieur, le droit du travail. Ces diplômes s’adressent à des citoyens et devraient intégrer ces éléments. Peu de gens savent qu’un salaire ne se limite pas à la dernière ligne du bulletin de paie. Je pousse les jeunes stagiaires à se projeter, à s’interroger sur leur évolution."Je viens de passer un CAP, un Bac pro ou un BTS, qu’est-ce que le niveau de mon diplôme changera dans ma vie quotidienne ?" Il n’y a pas de reconnaissance financière de la qualification. Le secteur de la métallurgie embauche les jeunes, diplômés d’un CAP, d’un BEP, ou d’un bac pro au même salaire, malgré des niveaux de qualification différents. Lors de ma première CPC, j’ai mesuré le contraste entre de fortes exigences patronales en matière de formation et le sous paiement des jeunes diplômés. J’aimerais aborder cette question en CPC mais ce n’est pas le lieu. La CPC définit le contenu des diplômes, ni trop bas, ni trop élevé, veille aux opportunités d’insertion et d’évolution. Un peu difficile pour un nouveau de se positionner et de se familiariser avec les règles de fonctionnement, savoir qui vote ou ne vote pas… Mais je suis content d’en faire partie. J’en parle autour de moi et valorise beaucoup le rôle des syndicats dans les instances paritaires. Les syndicats font beaucoup de propositions en amont, c’est important de le dire !

Focus

Les études : tout un programme 

Un programme d’études dédié à l’enseignement professionnel existe depuis 1992. Aide à la décision, il mobilise des travaux d’experts et de chercheurs qui apportent des éclairages originaux sur des questions relatives à la création, la rénovation et la suppression des diplômes professionnels, ainsi que l’orientation des élèves ou leur comportement. Il permet d’engager les négociations autour des diplômes sur la base de données objectives. Il éclaire les travaux des 14 commissions professionnelles consultatives et répond aux besoins de plus en plus complexes des concepteurs de diplômes professionnels. Ce programme prend plusieurs formes :

  • les études d’opportunité, nécessaires pour qu’une CPC valide le principe d’une création ou d’une rénovation de diplôme,
  • les études sur l’évaluation d'une filière de formation ou d'un diplôme,
  • les études permettant la mise en perspective de dispositifs de formation, d’évaluation et de certification,
  • les études sectorielles et professionnelles.

Entre 1992 et 2012, la fonction « Études » a permis de publier 134 rapports d’études dans la revue CPC-Études éditée par la direction générale de l'enseignement scolaire.

Le programme 2013

Le programme 2013 comprendra cinq études destinées à enrichir les travaux des CPC. Sous forme d’appels d’offre ouverts ou de conventions, ces études porteront sur des analyses sectorielles (dans la métallurgie ou la coiffure), des états des lieux du système éducatif ou des analyses théoriques et méthodologiques (en particulier sur le thème de la compétence). Les premiers appels d’offre devraient être publiés en avril 2013 pour un démarrage effectif en juin 2013.

Les études en cours

Le rapport final de l’étude intitulé La reconnaissance conventionnelle du diplôme dans les relations formation emploi : la place, le statut et le rôle des diplômes dans les conventions collectives vient d’être remis par les auteurs : Nathalie Quintéro et Fred Séchaud du Céreq Marseille et Pascal Caillaud de l’université de Nantes (voir rubrique « A lire »). Ce travail comprend une analyse juridique, un recensement exhaustif des conventions nouvellement signées ou modifiées et un travail monographique sur trois secteurs emblématiques des nouvelles tendances conventionnelles : commerce de détail et de gros à prédominance alimentaire, cafétérias et chaînes de restaurant, récupération et recyclage. Il sera publié prochainement dans la revue CPC-Études.

Quatre études sont actuellement en cours de réalisation :

  •  Les modes d’évaluation dans les diplômes professionnels coordonnée par Josiane Paddeu et Patrick Veneau du Céreq porte en particulier sur la place et la mise en œuvre réelle des évaluations par contrôle en cours de formation (CCF) dans le cadre des CAP et des bacs pros. Elle sera finalisée en juin 2013. 
  • Incidence d’une rénovation de diplôme sur la cartographie de l’offre de formation en région : l’exemple du secteur sanitaire et social. Cette étude, réalisée par le cabinet Geste, prend l'exemple du secteur sanitaire et social, caractérisé par une pluralité de certifications mais aussi par la création récente du bac pro Accompagnement, soins et services à la personne, pour observer les effets de la recomposition de l’offre de formation en région. Elle sera disponible en avril 2013.
  • Analyse des emplois, des métiers et des certifications de niveaux V et IV du commerce et de la vente : cette étude, coordonnée par Jean-Paul Cadet du Céreq, analyse les évolutions récentes des emplois de ces secteurs et le degré d’adaptation des diplômes proposés. Elle est prévue pour septembre 2013.
  • L'étude de cas sur les jeunes de la filière automobile, portée par Armelle Gorgeu et René Mathieu, s'appuie sur un important travail de terrain. Comment, dans un secteur en crise, la main-d’œuvre juvénile qualifiée et non-qualifiée, parvient-elle à conserver un emploi ou, au contraire, à s’orienter vers d’autres voies ? Elle sera remise en décembre 2013.

à lire

Nouvelle Revue du Travail 

La Nouvelle Revue du Travail est une revue scientifique en accès libre. Les auteurs, chercheurs ou praticiens, s’adressent à des entreprises et des administrations publiques. Le travail est pensé comme une notion transversale au carrefour des différents courants de la sociologie. La revue est ouverte à toutes les disciplines dès lors que les auteurs traitent du travail au sens large et elle s’intéresse au travail à l’échelle internationale. 

« Diplômes et conventions collectives : un lien en voie de délitement ».

in M. Millet & G. Moreau (2011). La société des diplômes. Paris : La dispute, coll. Etat des Lieux, pp. 247-260

Dans ce chapitre, Pascal Caillaud revient sur le lien entre diplôme et convention collective. Si un lien direct existe depuis la fin du 19ème siècle, puisque les diplômes sont des « éléments des bases » pour la construction des grilles de classement des travailleurs dans les conventions collectives, l’adoption de la loi de modernisation sociale de 2002 interroge ce lien. D’abord cette loi amène une « dilution du diplôme » en adoptant la notion non définie de « certification professionnelle » . D’autre part elle permet d’acquérir une certification dans son intégralité par la validation des acquis de l'expérience, donc sans passage par la formation. Ce constat conduit Pascal Caillaud à reconsidérer la notion de qualification au plan juridique et à remarquer le délitement du lien entre diplôme et convention collective : par exemple en supprimant en 2008,   l’obligation de mentionner les diplômes professionnels dans les classifications des conventions collectives au moment de leur extension.

Retrouvez en ligne l'actualité et les communications de Pascal Caillaud, de l’université de Nantes. En particulier, la vidéo de son intervention au colloque de Poitiers d’octobre 2011 sur les 100 ans du CAP.

Bulletins de l'Institut français de l'Éducation 

L’institut français de l’Éducation (ex INRP) publie des  Bulletins de la recherche dont les thématiques peuvent croiser les préoccupations des CPC.  

Textes réglementaires

Textes parus au BO en décembre 2012

  • Baccalauréat professionnel « Gestion des pollutions et protection de l’environnement » : modification (Arrêté du 23-10-12)
  •  Baccalauréat professionnel « Hygiène, propreté, stérilisation » : modification (Arrêté 23-10-12)
  • Dispositions du code du travail relatives à l’utilisation des équipements de travail mis à disposition pour des travaux temporaires en hauteur (Arrêté du 8-11-12)
  •  Brevet professionnel - Modification du code de l’éducation, partie réglementaire - (Décret n° 2012-1272 du 20-11-2012)
  •  CAP « Agent de prévention et de médiation » : modification (Arrêté du 2-11-12)
  • Brevet d'études professionnelles « Procédés de la chimie, de l’eau et des papiers-cartons » : modification (Arrêté du 5-11-12)
  •  Baccalauréat professionnel "Obtention de dispenses d’unités à l’examen" (Arrêté du 8-11-12)

Textes parus au BO en janvier 2013 

  •  CAP « Métiers de la mode : chapelier-modiste » : modification (Arrêté du 6-12-12)
  •  Baccalauréat professionnel « Électrotechnique, énergie, équipements communicants » : modification (Arrêté du 8-11-12)
  •  Diplôme « Un des meilleurs ouvriers de France » :groupes de métiers, classes et options au titre desquels il peut être délivré (Arrêté du 27-12-12)

Actualité


Renouvellement des CPC

Les 14 commissions professionnelles consultatives viennent d'être renouvelées pour 5 ans. Certaines ont déjà tenu leur première réunion. Un point sera fait lors d'une prochaine Lettre des CPC.
 

Brevet des métiers d'art : nouveaux programmes d'enseignement général

Les  quatre CPC  Bâtiment, travaux publics, matériaux de construction,   Bois et dérivésCommunication graphique et audiovisuel et  Arts appliqués ont approuvé à l’unanimité, début 2013, les nouveaux programmes d’enseignement général du brevet des métiers d’art (BMA). Élaborés spécifiquement pour le BMA à partir des programmes des classes de baccalauréat  professionnel, ils entreront en application à la rentrée 2013  et apportent les nouveautés suivantes :

Enseignements artistiques

Il s'agit d'un enseignement d’histoire de l’art appliquée au métier, d'une ouverture sur des cultures artistiques plurielles donnant un accès à d’autres univers culturels, permettant de se situer dans un contexte plus large et préparant à des poursuites d’études.

Mathématiques et sciences physiques

Ces enseignements s’appuient aussi souvent que possible sur des situations professionnelles propres à chaque spécialité de BMA afin de faire acquérir des compétences et des savoirs en lien avec les domaines concernés. Tout enseignement « dogmatique » des mathématiques ou de physique-chimie est donc proscrit.

Économie-gestion

Cet enseignement a pour objectif de donner une culture juridique, économique et sociale permettant aux jeunes de s’insérer et d’évoluer dans les organisations professionnelles et dans les univers propres à chaque métier envisagé.

Au fil de l'O


BTS
Banque

Lors de sa séance plénière  du 24-01-2013, la 16ème CPC "Services administratifs et financiers"  a donné un avis favorable au démarrage de la rénovation du BTS Banque. Un groupe de travail se réunira prochainement pour commencer les travaux.
 

BTS CGO

Un groupe de travail rénove actuellement le référentiel d'activités professionnelles du BTS Comptabilité et gestion des organisations (CGO). Le dossier présentant l'opportunité de cette rénovation a reçu un avis favorable lors de la 16ème CPC Services administratifs et financiers du 24-01-2013. 
 

CAP Boulanger

La rénovation du CAP Boulanger a été décidée par la 7ème CPC Alimentation le 16-01-2013 afin d’étendre le champ des compétences professionnelles du diplôme. Le groupe de travail chargé de cette rénovation a démarré ses travaux en février 2013.

Les métiers bougent


Un Observatoire pour les métiers du secrétariat

La Fédération française des métiers de l’assistanat et du secrétariat a créé son Observatoire. Ces métiers vivent des transformations significatives liées au contexte économique, aux innovations sociales et organisationnelles mais aussi aux technologies de l’information et de la communication. Néanmoins, une image floue et obsolète, entretenue par des stéréotypes, subsiste...

Animé par François Granier, sociologue, chercheur associé au CNRS, l’Observatoire des métiers de l’assistanat et du secrétariat se donne pour objectif de produire de la connaissance, d’anticiper et de favoriser les évolutions et de créer des temps d’échanges avec l’ensemble des partenaires. Ainsi, au sein d’« ateliers prospectifs » les professionnels, après avoir identifié les évolutions possibles et probables de leurs métiers, interviewent leurs interlocuteurs sur les missions et activités qu’ils souhaitent les voir exercer.

©MEN - Direction générale de l'enseignement scolaire
Bureau des diplômes professionnels
S'abonner à la lettre     Contact