Réunion des interlocuteurs académiques - 26 et 27 janvier 2012 - Paris

dsc01409.jpg

Compte rendu de la réunion nationale des interlocuteurs académiques Lettres et TICE

Ministère de l'Éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, rue de Grenelle, 75007, Paris.

Participants : 

27 représentants des académies (interlocuteurs et référents des Travaux académiques mutualisés en lettres)

5 académies non représentées : Corse, Guadeloupe, Guyane, Poitiers, Reims

11 nouveaux interlocuteurs : Aix-Marseille (Carlos GUERREIRO), Amiens (Jennifer CLÉRY), Clermont-Ferrand (Karen GRANDRÉMY), Dijon (Bruno HIMBERT), Grenoble (Delphine BARBIRATI), Limoges (Cynthia HOCMELLE), Nancy-Metz (Blandine HOMBOURGER), Nantes (Christelle GUILLOT), Nice (Pierre ESTRATE), La Réunion (Virginie PFEIFER), Strasbourg (Christine REMPP)

  • inspection générale, groupe des Lettres : Catherine BECCHETTI-BIZOT, IGEN Lettres
  • Inspection académique Paris : Martin DUFOUR, IA-IPR Lettres
  • Sous-direction des programmes d'enseignement, de la formation des enseignants et du développement numérique (DGESCO A3 -2 et A3-4) : Thierry BERTRAND, Marie DEROIDE (Projet ENT), Roland GAILLETON (Usages du numérique, Lettres), Erwan LE GALL, Corinne MARTIGNONI (Manuel numérique via l'ENT), Marie-Christine MILOT,  Michèle MONTEIL (Tablettes tactiles), Colette PLAS (Ressources Lettres), Philippe POTIER (Usages 1er degré), Blandine RAOUL-RÉA, Alain THILLAY (Chef du bureau des usages numériques et des ressources pédagogiques - DGESCO A3-2)
  • Centre national de documentation pédagogique (SCEREN-CNDP) : Rosa-Maria GOMEZ DE REGIL (ScoLOMFR), Cécile MAURIN (Lettres), Bruno DAIROU (Théâtre)

Les mots clés de la réunion

mots_cles_paris_2012

 

JEUDI 26 JANVIER 2012

 

1. En introduction

M. Dufour (IA-IPR lettres Paris) insiste sur  deux points.
            Le chemin qu’il reste encore à parcourir pour que les TICE, très utilisées par les enseignants dans leur préparation des cours, soient réellement intégrées à leurs pratiques pédagogiques dans la classe.
            L’évolution des objets de réflexion : après s’être centrée sur le TNI, l’ENT, le cahier de textes électronique (dont la mise œuvre est d’ailleurs « décevante et fade »), celle-ci se porte sur l’usage pédagogique des tablettes, liseuses, réseaux sociaux ; l’évolution des programmes nécessite par ailleurs de développer la réflexion et la production de ressources sur l’apport des TICE dans l’appropriation et la validation du socle commun au collège et la mise en œuvre de l’accompagnement personnalisé au lycée.
 

2. Marie Christine Milot (DGESCO) et Rosa Maria Gomez (CNDP) : L’indexation des ressources numériques pédagogiques.

VocabNomen est un projet d’indexation des ressources académiques.L’objectif est de permettre d’interroger de manière transversale les ÉDU'bases (en lien avec le socle) et de faciliter la mutualisation des descriptions académiques des ressources.D’ici un an, les ÉDU'bases doivent permettre de travailler dans toutes les disciplines, et l’histoire des arts. Sur éduscol, la page Lettres est désormais alimentée de manière dynamique par les ÉDU'bases.
Le profil d’application SCOLOM-FR, déclinaison française du standard international Learning Object Metadata (LOM), permet de décrire les ressources pédagogiques numériques ou non. Il permet une description correspondant à celle des ÉDU'bases (champs) et l'interopérabilité des descriptions des ressources grâce aux listes de vocabulaire établies et aux correspondances ("mapping") que l'on peut construire avec l'existant..
 

3. Erwan le Gall (DGESCO) : Accessibilité des ÉDU'bases

Il s’agit de l’accessibilité liée aux situations de handicap. Le contexte juridique est celui du Référentiel Général d'Accessibilité pour les Administrations (RGAA), désormais légalement obligatoire. L’objectif est de permettre à tous d’accéder aux ressources. Pour les ÉDU'bases notamment, cela implique différentes contraintes techniques : accentuation systématique des majuscules, explicitation des sigles, indication de la langue pour les citations en langue étrangère, précision concernant toute prononciation ambiguë. Il faudrait donc reprendre toutes les fiches publiées pour les mettre à cette norme (même si la loi ne peut être rétroactive).
 

4. Marie Deroide (DGESCO) : Panorama de l’usage des ENT

Toutes les académies sont dans la démarche ENT à différents niveaux d’avancement. Il y a des disparités importantes, y compris au sein d’académies (en fonction des calendriers de déploiement) ; pour les lycées, deux tiers des académies ont un projet de généralisation.
·      L’ENT , qu’est-ce que c’est ? : un Espace (et non un environnement) Numérique de Travail, c’est-à-dire un bouquet de services choisis, organisés et mis à disposition de la communauté éducative constituée autour de l’établissement scolaire.
·      Ce que l’ENT n’est pas : un simple produit logiciel ; une solution identique pour tous les établissements ; un site web d’établissement, un module de vie scolaire, une plateforme de travail collaboratif, un environnement hermétique ; une fin en soi.
·      Ce que les ENT doivent être : il existe un cadre de référence des ENT le Schéma Directeur des ENT (SDET).
NB : ont été développées récemment deux solutions Opensource pour les ENT. 

5. Karen Grandremy (IANTE Clermont) : L’ENT dans l’académie de Clermont Ferrand et ses utilisations en lettres.

Dans cette académie,les ENT sont déployés dans tous les établissements.10 collèges expérimentent les manuels numériques.
Présentation de l’interface de l’ENT d’Auvergne : possibilité d’intégrer au cahier de textes des documents, vidéos, des cours annotés par les élèves sur le TNI (convertis en pdf) ; accès aux manuels dans les différentes disciplines ; l’onglet « charge de travail » permet d’indiquer à l’élève le temps nécessaire pour exécuter une tâche, la nature du travail (oral, écrit, apprentissage…) ; possibilité de créer des espaces collaboratifs (groupes d’élèves pris dans différentes classes ou non, groupes entre différents établissements) ; forum, blog, wiki, espace documentaire pour partager des ressources avec les élèves ; Dokéos, plateforme de formation à distance accessible aux élèves par l’ENT.
 

6. Colette Plas (DGESCO), Cécile Maurin et Bruno Dairou (CNDP) : Antigone en ligne

Antigone en ligne est un projet issu du SCHENE ayant fait émerger le besoin de vidéo pour le théâtre. Deux projets sont désormais soutenus par le ministère http://educ.theatre-contemporain.net/ et Antigone en ligne dont le CNDP prend en charge l’hébergement, la diffusion et la réalisation des dossiers.
Cécile Maurin (CNDP) en charge du site Antigone en ligneprésente une nouvelle ressource, trois captations d’Hamlet (programme du bac 2012) : trois mises en scène plutôt contemporaines dont une en version originale.
Présentation du site. Le mode de visualisation détaillé offre la possibilité d’affichage, sur la droite de l’écran, d’un texte cliquable qui renvoie directement à la représentation (le moment de la pièce où le mot est prononcé).
Différentes ressources sont  associées à chaque document : bibliographie, analyse du spectacle filmé…
Perspectives :il est envisagé d’ajouter un bloc notes (possibilité de commenter et conserver ce commentaire sur un espace personnel).Le CNDP édite des ressources imprimées complémentaires aux vidéos du site..
Débat :
Consensus général sur la qualité de cette ressource.
Voir aussi Pièces démontées, académie de Paris, accompagnement de spectacles.
Avantage de la disponibilité du site Antigone en ligne qui permet aux enseignants de programmer l’étude d’une œuvre sans dépendre du calendrier local des représentations. Pas encore de possibilité pour les élèves d’avoir accès aux ressources chez eux en ligne.
Problème : seulement deux pièces disponibles pour l’instant ; en effet la négociation des droits est très longue (droit à l’image de chaque acteur). Le Ministère est en négociation sur une dizaine d’œuvres.
 

7. François Giroud (IANTE Rennes, équipe Musagora), Cécile Maurin (CNDP) : Musagora, site sur les langues et cultures de l’antiquité

Créé il y a une dizaine d’années, édité par le CNDP depuis 2007 ce site est en cours de rénovation afin de répondre aux normes d’accessibilité et de pouvoir proposer à tous les utilisateurs (pas obligatoirement enseignants, ni français) une ressource fluide et navigable facilement. Nouvelle arborescence. Plus de pages déroulantes. Les dossiers existants seront réédités. Equipe d’auteurs renouvelée. Le dossier Europe sera mis en ligne d’ici fin février et un nouveau dossier au printemps. L’interdisplinarité est conservée, ainsi que la banque de textes et d’images libres de droits pour une utilisation en classe. Une liste de diffusion est associée au site.
Le site rénové sera présenté au colloque national du PNF Langues anciennes mondes modernes du 31 janvier au 1er février au lycée Louis le Grand.
 

8. Bernard Chambré, (IANTE Rouen) : Un cours de grec ancien en visioconférence 

Elaboration du projet : initiative nationale et rectorale. Un lycée émetteur et trois lycées récepteurs (quatre classes et 8 élèves au total).
Aspects pédagogiques : 2 heures de cours en visioconférence, et 1 heure en cours classique (dans chaque établissement). Quatre professeurs engagés : premier travail ; deux journées de concertation l’année précédentes sur la progression annuelle commune (et répartition de la préparation des séquences)
Déroulement des séances : la caméra Véga x3 branchée, 5 minutes sont nécessaires à la prise de contact (cette préparation implique que l’heure précédente soit libre pour les élèves le professeur) ; en raison de problèmes de lisibilité, un zoom serré sur le tableau et une écriture très grosse sont indispensables. Le professeur est contraint de rester au tableau.
Nécessité de la présence dans les trois classes réceptrices d’un Assistant d’Education pour encadrer les élèves. Nécessité de barrettes entre les établissements (difficulté : le rythme horaire diffère d’un établissement à l’autre ; le seul horaire vraiment pertinent est 13 h – 14 h)
La caméra Aethra Vega x3 a un format propriétaire (nécessité de la même caméra dans chaque classe) ; coût 3200 € par caméra. Problème de débit ; nécessité de paramétrer les switch et d’un personnel compétent pour le faire dans chaque établissement.
Autres matériels nécessaires : deux vidéoprojecteurs dans chaque salle (l’un affichant le tableau émetteur et l’autre en mode dual pour affichage d’un fichier texte, par exemple, envoyé par l’émetteur) ; enceintes de bonne qualité.
Bilan de l’expérimentation : dispositif pertinent dans le fonctionnement pédagogique ; problèmes techniques (pixellisation, rémanence, mode dual pas mis en place, nécessité d’une présence /assistance)
Coût : 12 800 euros pour les caméras, 18 HSE x 4, 8 vidéoprojecteurs, 6 h d’AE … pour 6 h postes économisées.
Les coûts seront réduits par la pérennisation (permettant d’économiser à terme 24 h postes).
Problème des ressources humaines : qui ? Les collègues ne sont pas volontaires.
Le choix de ce dispositif s’inscrit dans une logique académique : les stages du PAF sont organisés en partie à distance. L’objectif est-il de promouvoir l’enseignement du grec ou de réduire les coûts et le nombre d’heures poste ?
Bilan personnel du professeur utilisateur: l’enseignement du grec est maintenu dans deux lycées où il n’y a plus qu’un élève. Ouverture d’une section dans le 2ème lycée (6 élèves).Le choix du matériel (prix / format propriétaire) est discutable.
 
Présentation de Marivaux en édition numérique avec aide contextuelle, disponible sur le site académique lettres de Rouen.
 

9. Jennifer Cléry (IANTE Amiens) : L’utilisation pédagogique de Didapages

Ce logiciel permet de créer des livres virtuels contenant du texte, des images, des sons, des vidéos ou des exercices interactifsLe téléchargement est gratuit (il existe une version payante), le didacticiel est long mais l’utilisation est simple. Il n’est pas utile d’installer le logiciel sur tous les ordinateurs pour consulter le livre (en salle informatique). Seul l’auteur peut écrire. Présentation du démarrage d’un projet et de l’interface du logiciel.
Utilisation pédagogique : présentation de différentes séances utilisant l’interactivité de Didapages. Préparation de documents par le professeur utilisés éventuellement en autonomie en salle informatique. Trace écrite : demander à l’élève de recopier ce qu’il a appris pendant la séance. Possibilité de faire utiliser Didapages par les élèves pour produire des documents. Possibilité d’écriture collective, de présentation d’exposés… Pour la préparation du bac, production de documents par les élèves intégrant un commentaire audio. Possibilité de récupérer les travaux sur le Petit Serveur Didapages
Bilan : le logiciel offre la possibilité d’un travail individuel et efficace (en salle informatique), de respecter le rythme de chaque élève, de travailler en autonomie ; le support livre donne un cadre au travail de l’élève qui lui permet de se repérer ; possibilité de mettre en ligne les productions ; permet le travail multimédia ; possibilité de rendre compte d’un projet commun.
Limites : les élèves peuvent cliquer sans réfléchir suffisamment et brûler les étapes ; il n’est pas possible pour les élèves d’enregistrer leur travail par étapes (une fois le livre fermé, c’est terminé) ; la conception du support peut être chronophage pour le professeur. L’utilisation trop fréquente risque de lasser les élèves.
Sur cyberlangues. asso : comment installer le Petit Serveur Didapages.
 

10. Roland Gailleton (DGESCO) : Les TRAAM (Travaux académiques mutualisés) en lettres

Deux réunions cette année, une réunion de lancement en début d’année et une à distance la semaine dernière ; cf. compte rendu papier distribué.
Bilan des publications l’année dernière par académie. Beaucoup de projets sur Dijon, Nancy-Metz, Nantes mais rien n’a été publié : travail à mettre à jour.
Cette année, en raison des contraintes budgétaires, seules 8 académies ont été retenues pour les TRAAM. Le travail collaboratif du groupe utilise un wiki sur l’intranet du Ministère.
Thème de travail 2011-2012 : Lire, écrire, s'informer à l'heure du numérique
Aix Marseille : 4 projets : Tice et histoire des arts (espace collaboratif de type wiki pour créer des spots vidéo sur le modèle d’art d’art) ; accompagnement personnalisé en 1ère S (Tice comme impulsion à l’écriture) ; écriture d’invention à l’heure du numérique (lycée, espace collaboratif, travail du brouillon, notamment du lexique) ; s’entrainer à l’oral des EAF avec la vidéo
Créteil : 17 projets autour de 3 axes (construire l’information et la diffuser sur un média écrit et/ou oral) ; lecture d’information et écriture, nouvelles productions écrites : conception, constructions pratiques…)
Paris : l’éducation aux média en collège ; 2 objectifs : apprendre à maitriser la recherche d’information, faire une synthèse à l’intention des profs de français du travail des documentalistes en matière de recherche. 6 projets.
Besançon : groupe réuni début novembre et pas de réunion depuis ; usage du TNI en langues anciennes, créer un spot publicitaire autour du latin, twitter en classe de terminale ; expérimentation de la tablette en lycée, notamment dans l’accompagnement personnalisé… 5 publications prévues.
Versailles : réseaux sociaux (twitter, blog pour collaborer en classe prépa)
Nancy : 4 axes de réflexion : lytext : https://arcas.atilf.fr/lytext , eleve eleve
Travail sur un concurrent de Didapages ; publication d’un livre : utilisation de calameo (mais pb de la publicité !) ; image active, logiciel d’utilisation du traitement de l’image
Toulouse : Lire : photorécit 3 (Windows): possibilité d’intégrer du son dans des images par enregistrement direct ; catalogue de bandes son musicales pour faire des bandes annonces sur les livres lus. Utilisation du blog de l’ENT pour échanger des impressions de lecture ; créer la page Facebook d’une œuvre. S’informer : filmer avec un téléphone portable. Ecrire : projet du musée virtuel en ligne.
NB : dossier sur l’art vidéo sur le site du centre Pompidou.
Grenoble : poursuite d’un travail sur la webradio axé sur la dimension visuelle ; amener les élèves à réaliser des fiches d’histoire des arts mutualisables ; travail interdisciplinaire sur un blog ; travail sur les tablettes pour amener les élèves à créer des cartes heuristiques sur des notions de grammaire ; écrire des pages Facebook sur les personnages de Au bonheur des dames.
Orléans : TRAAM avec des moyens académiques (car Orléans pas dans le groupe national) : 8 projets. Comment faire accéder les élèves à la culture avec des outils numériques ; utilisation du manuel en ligne pour aider les élèves à lire ; troubles spécifiques du langage : travailler les homophones avec le TNI ; comment améliorer la lecture cursive grâce à la synthèse vocale ; l’utilisation intelligente de Powerpoint en bts ; presse écrite et presse en ligne, didapages.
Lyon : 4 projets ; tablettes, internet responsable, défi lecture avec l’ENT, création d’une émission radio sur le modèle de 2000 ans d’histoire, ex de réécriture au brevet avec le tNI.
Lille : utilisation de l’ENT, cahier de texte, démarrer une lecture à partir de l’ENT.
Montpellier : l’ENT et l’ordinateur pour remédier à ses lacunes en langue, écrire un scénario de film ; résidence d’un poète et initiation à l’écriture poétique…

11. Roland Gailleton (DGESCO) : ÉDU'bases, un réel enjeu

De nouveaux champs vont être intégrés au mois de mars dans ÉDU'bases (notamment en lien avec le socle). Chacun doit donc retourner vers les fiches déjà publiées, dépublier les fiches qui ne fonctionnent pas ou qui ne sont pas pertinentes. Nouveaux programmes : produire des fiches pour des ressources académiques remarquables.
Les contenus d’ÉDU'bases : ils permettent
1.    de distinguer les ressources utilisant le numérique ou non (cases à cocher) ;
2.    de mettre en valeur des ressources validées en les mutualisant dans une base nationale ;
3.    d’indexer une séquence, une séance ou un moment de cours : renvoyer à l’url de la page académique qui explique la démarche (et non vers un document en téléchargement) ;
4.    de travailler à une convergence vers une ÉDU'bases générique ;
5.    de fournir des ressources à la DGESCO pour l’accompagnement des programmes.
Le responsable ÉDU'bases (compte de niveau 2) peut créer des comptes d’animateurs (comptes de niveau 1) qui peuvent rédiger des fiches descriptives (mais seul le responsable peut publier). Il peut également créer ou supprimer des comptes de manière autonome.
Evolution à anticiper : mise en adéquation avec ScoLOMfr, entrée par type de documents (mars) car tout est enregistré pour l’instant comme scénario pédagogique, mise à jour pour les programmes de lycée en raison des nouveaux programmes. Cf. document papier sheet 1 listant le nombre de fiches par objet d’étude.
Objectifs pour l’année :
·      Renseigner des fiches pour les meilleures productions mises en ligne sur les sites académiques.
·      Proposer des scénarios pédagogiques prioritairement ceux qui développent les usages numériques des élèves.
·      Harmoniser les descriptions (travail sur le vocabulaire, SCOLOMFR) : revoir les fiches et leur description ?
Exercice pratique d’indexation avec Clermont. Ne pas rentrer trop de fiches à la fois.
(Voir le diaporama)
 

12. Jean Marie Bourguignon (IANTE Paris) : Comment valider les compétences en français ?  

Différents logiciels de validation : Telescol, Pronote, Sacoche…
            Obii a la même logique que Gibii. Obii peut-il être utilisé pour valider les compétences du socle ? Un groupe de travail sur ce sujet va être mis en place par la DGESCO (Anne Bedel).
             Le Logiciel Gisocle de l’académie de Toulouse est un outil de suivi reconnu par le Ministère : cf. http://tice.ac-toulouse.fr/web/631-socle-commun.php
            Pronote (éditeur privé) dont l’interface est présentée.
Premier pb : charge de travail supplémentaire liée à la validation est vécue comme inutile car faisant doublon avec l’évaluation chiffrée existante. Dans la mise en œuvre, la validation des compétences donne lieu aux mêmes travers que le B2i : absence de validation, validation par blocs en fonction… d’évaluations chiffrées.
 

VENDREDI 27 JANVIER 2012

 

13. En introduction

 
Catherine Becchetti-Bizot, (IGEN lettres) souligne l’intérêt porté aux TICE par l’inspection générale dans la démarche d’innovation que veut impulser le Ministère.
Ce ne sont pas les outils qui sont innovants mais la capacité des enseignants à se les approprier ; l’innovation pédagogique, c’est de trouver des solutions face à des situations, des problèmes, des élèves. Cette capacité d’appropriation est au cœur de l’innovation.
 
Le rôle des interlocuteurs évolue. Il est très important au niveau académique mais aussi national où ils sont souvent sollicités. Spécialistes de lettres et pédagogie, spécialistes des TICE mais aussi intellectuels, ils font désormais un travail de veille, de production de ressources et de formation. Leur situation est inégale dans les académies ; certains interlocuteurs pilotent un groupe de collègues collaborateurs, d’autres sont plus isolés.
 
Concernant l’accompagnement des nouveaux programmes en lycée, éduscol, fournit des documents d’explicitation des programmes mais les ressources pour la classe produites dans les académies peuvent être des outils plus intéressants.
Les sites académiques sont très inégaux ; il est nécessaire de conduire un travail d’organisation des sites avec les IPR pour les enrichir et que les ressources soient à la fois utiles aux collègues de l’académie et repérables par les collègues des autres académies, l’inspection générale et le ministère afin de valoriser les meilleures ressources à travers ÉDU'bases.
 
Une question importante : Comment passer d’une éducation au TICE (B2i) à une éducation aux médias ? La maîtrise des TICE, c’est aussi la compréhension des évolutions et des pratiques culturelles qu’elles impliquent, une réflexion sur l’impact des outils sur la culture de nos élèves. Les TICE ne sont donc pas que des « outils », ce sont des « instruments » : on n’écrit pas et on ne lit pas de la même manière sur les supports numériques.
C’est aussi un travail philosophique : le support est déjà une façon de formater une manière de penser. Le discours est formaté par des supports, des outils. Voir comment passent les messages fait partie de l’enseignement du français, de l’intérêt des littéraires pour la question de la forme.
Faire émerger cette dimension chez les collègues et les élèves est un enjeu capital ; il faut les conduire à ne pas se laisse enfermer dans les logiques de l’outil, à apprendre à savoir transformer ces outils en instruments, à savoir les détourner.
L’éducation aux médias dans les programmes scolaires : http://www.clemi.org/fr/l-eam-dans-les-programmes/
 
Si on a longtemps cru que les lettres étaient éloignées des TICE, en réalité, dans la mesure où c’est un dispositif qui permet de lire, écrire, publier et communiquer, les lettres ont une « complicité native » avec les TICE. D’où le séminaire « Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique ».
Les interlocuteurs de lettres devraient être présents au rendez-vous annuel de novembre à Paris (3 journées, 2 par à la BnF et 1 dans un lycée). Deux pistes de travail cette année : 1) L’écriture, la création littéraire numérique (nouveaux genres, nouveaux modes d’écriture et problématiques de l’édition). Peu de recul mais voir ce qui s’y passe : faire le lien entre le pédagogique et le littéraire, avec les pratiques de classe. 2) La notion d’humanisme numérique (Milad Doueihi) : Qu’est ce que ça veut dire ? À relier à l’objet d’étude « L’humanisme » en première L.
Le site du Rendez-vous des Lettres : http://pnf-lettres.crdp.ac-versailles.fr/
 
Le séminaire Ecritech’3, impulsé par les lettres, rassemble toutes les disciplines. C’est un séminaire académique à vocation nationale sur les usages et les ressources des tablettes numériques. Le 3e colloque se déroulera à Nice les 5 et 6 avril 2012 sur le thème : "La tablette numérique : nouvelle ardoise de l'élève ?" Y participer ou au minimum, consulter le site : http://www.ecriture-technologie.com/
 
 
Alain Thillay, chef du bureau des ressources pédagogiques (DGESCO A 3-2) : les actions de la DGESCO.
Réorganisation des bureaux à la rentrée 2011
Les grands chantiers de la DGESCO :
·      L’usage pédagogique des ENT (cf. Histoire à Dijon), les manuels numériques via les ENT (quels usages pédagogiques par les élèves ?).
·      La mise en place du catalogue chèque ressources, subvention permettant aux établissements d’acquérir des ressources numériques des éditions payantes (après appel à projet académique) ; 13 académies retenues après le premier appel à projet national. Le catalogue comporte 2000 notices correspondant à 800 offres réelles (manuels numériques pour les élèves uniquement au collège). Pas de produit antérieur à 2005 dans le catalogue. Possibilité pour les établissements de tester les ressources pendant 21 jours.
Relayer sur ÉDU'bases les productions mises en ligne sur les sites académiques.

14. Michèle Monteil (DGESCO) : Suivi des expérimentations tablettes tactiles

Les Lettres sont très en avance dans ce domaine. Une expérimentation est lancée depuis 2010 : 6 académies, 12 départements, 2 villes. Il est difficile d'obtenir des retours d'expérimentation de la part des académies. Il est primordial de rendre compte au niveau national des expérimentations menées sur les tablettes, afin de gagner du temps et de mutualiser les bonnes pratiques dans ce domaine. Il serait nécessaire de faire remonter les expériences pour ne pas tout réinventer à chaque fois. Le réseau des interlocuteurs académiques peut y contribuer.
L'enjeu actuel est de savoir ce que l'on veut faire d'une tablette. Les systèmes d'exploitation et les applications disponibles doivent évoluer pour s'adapter pleinement aux usages pédagogiques, et l'intégration de cet outil dans l'informatique déjà présente en établissement est une question importante. La maintenance et la mise à jour logicielle des tablettes peut s'avérer un obstacle conséquent également.
La tablette est un outil complémentaire de l'ordinateur.
NB : Dans les ÉDU'bases, utiliser le filtre tablettes lors de la saisie des fiches.
L’expérimentation est menée principalement dans les collèges, peu dans les écoles et les lycées.
Expérience acquise : le questionnement a évolué : on est passé de « que peut-on faire avec une tablette ? » à « Que voudrait-on faire avec une tablette ? »
Présentation projetée disponible en téléchargement au bas de cette page.

15. Christophe Tauzin (IANTE Bordeaux) : L’expérimentation « lecture sur tablettes »

Présentation d’un serveur de livre numérique dans le cadre de l’expérimentation de mallettes de tablettes, une par établissement. Les tablettes utilisées sont volontairement diverses : Archos android (décevante), Samsung Galaxy, Ipad.
Les expérimentateurs sont uniquement des enseignants de lettres et documentalistes. C’est avec eux que doivent se construire les ressources pédagogiques
Objectifs pédagogiques de départ : faciliter la lecture des plus faibles, donner accès à une multiplicité d’ouvrages.
Le serveur a été mis en place en fin d’année scolaire (accès public par le site lettres de l’académie de Bordeaux)
Trois zones sur le serveur : tout public, académique, établissement (par le portail ENT Argos).
Sites partenaires : Ebooks libres et gratuits (yahoo group), bibliothèque électronique du Québec. Le moteur du serveur est Calibre (logiciel ebooks libre de droit)
Dans la zone établissement, il est possible d’insérer un Ebook, préparé à l’aide d’un traitement des textes. Donc on peut générer des Ebooks ou les faire acheter par l’établissement.
Logiciels de liseuse : mobilepocketreader ; sous android : aldiko (décevant car difficile à annoter), moon+reader (meilleur) (logiciels gratuits)
Le clavier des tablettes ne pose pas de problème aux élèves.
Pour la production ; Evernote est un logiciel multimédia de prise de notes, (installation possible en local ou en ligne) qui permet a l’enseignant de récupérer en ligne tous les travaux d’élèves.

16. Pierre Estrate (IANTE Nice) : Tablettes et latin en 4ème

Expérimentation en cours grâce à un équipement de 5 tablettes en prêt, pour faire travailler 12 élèves de 4ème (par groupe de 3)
Pour quoi faire ? La promotion du latin, cerner l’atout tactile de la tablette, analyser l’usage de la tablette dans l’environnement numérique existant, réfléchir sur des productions logicielles, faire un test comparatif (ordinateur vs tablettes).
·      Manipuler le latin : produire les résultats d’une recherche qui ne soit pas un copié collé, en utilisant un logiciel de présentation à la mode prezi ou freemind et son adaptation pour tablette, popplet (qui contrairement à Prezi ne permet pas le travail collaboratif). Il s’agit d’obliger l’élève à présenter sous forme de carte heuristique une recherche documentaire (obligation de lecture, de réflexion, de mise en forme…)
·      En utilisant le Gaffiot en ligne, créer un module de lexique interactif et multimédia avec les élèves, un module leur demandant de repérer les mots transparents, de travailler sur la syntaxe.
Présentation d’un projet logiciel organisant quatre zones sur la tablette pour aider les élèves à la traduction.
La tablette comme remplaçante des manuels scolaires ?
Compte rendu de l'expérimentation en téléchargement au bas de cette page.

17. Christiane Chyderiotis (IANTE Lyon) : L’usage des tablettes en lettres

Le collège Charcot Lyon est le seul collège expérimentateur de tablettes dans l’académie.
Dispositif  dans le cadre de l’expérimentation d’une classe ultra mobile et mini pc, lancée en 2010-2011 par le Conseil Général en convention avec SFR ; pilotage et évaluation au cours de l’année. Poursuite de l’expérimentation en 2011-2012 sans pilotage.
62 Ipad en tout au collège Charcot, paramétrés avec l’aide des techniciens du Conseil Général et disposant d’une connexion wifi.
Quelles applications pour les lettres ? Antidote, Bescherelle, Littré, TLF, Bordas, Wikipanion, Quai Branly, Musée des Beaux-Arts de Lyon.
Exemples d’activités.
1.    Recherche en 5ème sur le lexique du Moyen Age. Fiche d’exercices à compléter à l’aide de dictionnaires en ligne, Bescherelle, Antidote, Littré . La tablette est alors un outil de références multiples pour un travail classique.
2.    Rédaction accompagnée en 5ème. Diaporama en pdf enregistré sur l’ENT, téléchargé puis ouvert dans le logiciel iBooks. Travail classique, individualisé de rédaction au brouillon, puis recopiage, paragraphe par paragraphe. Bilan : rapidité de mise en œuvre, bonne concentration liée à l’individualisation
3.    Un module de remédiation en orthographe. Des activités variées : réécriture avec Vocabulettres ; enregistrement vocal des dictées de brevet, puis écriture manuelle, puis saisie prédictive sur la tablette puis vérification avec le texte de départ.
Présentation projetée disponible en téléchargement au bas de cette page.
Voir aussi sur le site académique : Des tablettes tactiles pour le cours de français ?

18. Philippe Potier (DGESCO) : Usages pédagogiques du livre électronique dans le 1er degré

Fonctionnalités du livre électronique (format ePUB).
Intégration de fichiers sons ou utilisation des fonctions d'accessibilité de la tablette pour une lecture automatique (VoiceOver).
Démonstration d'eBook où la lecture est synchronisée avec le texte (mode karaoké). Utilisation de l'application Book Creator pour réaliser des albums en associant images, textes et sons. Souhaite que les élèves fabriquent eux-mêmes ce genre de livre.
 

19. Thierry Bertrand (DGESCO) : Apprentissage de la langue française pour les enfants sourds ou malentendants

Présentation de deux ressources soutenues par le Ministère.
La vache et le chevalier : l’histoire est racontée en mode texte, image, audio. Tout est paramétrable. 3 niveaux de langue possibles, plusieurs options de lecture (en continu, par chapitre, par page…) Différents modes de communication possibles selon le profil de l’enfant : langue des signes française, code Langage Parlé Complété (aide visuelle pour la lecture labiale de la langue française orale), récit oral, sous titrage.
La mécanique du silence : film découpé en différentes séquences autour desquelles sont proposées des activités pour travailler la langue des signes
 

20. Blandine Raoul-Réa (DGESCO) : Rénovation du B2i et attache au socle

Le B2i est la compétence 4 du socle et réciproquement. La validation relève de la compétence de l’équipe pédagogique. Il n’y a plus de seuil d’acquisition. Le B2i lycée devrait devenir une mention informatique et internet au baccalauréat.
Une nouvelle version des référentiels école et collège a été publiée en décembre 2011 ; une nouvelle version le sera prochainement pour les lycées (la version distribuée n’est pas définitive, ne pas la diffuser).
Les item de la compétence 4 du LPC n’ont pas été modifiés car fixés par la loi. C’est uniquement le texte d’explicitation des items qui a été réécrit.
Le référentiel B2i va être revu pour septembre 2012
Les grands axes du plan d’éducation numérique : former des citoyens numériques de demain ; développer la dimension « usage responsable de l’internet ».
·      Pour l’école : acquérir la notion d’identification, la recherche dans un document multimédia
·      Pour le collège : « je sais ou je suis et avec qui je suis »
·      Pour le lycée : se placer dans un circuit de l’information (usage éthique et raisonné, production collaborative)
éduscol a été refondu à la rentrée. Volonté d’ouvrir aux ressources académiques. Mise en place d’une veille sur ce qui se fait dans les académies. Ne pas hésiter à transmettre directement des ressources à R. Gailleton.
 

21. Blandine Hombourger (IANTE Nancy Metz) : Expérimentation de l’usage du manuel numérique en lettres via l’ENT

Objectif : Expérimenter les ressources du Kiosque Numérique de l’Education (KNE) et du Canal Numérique des Savoirs (CNS) en accès via l'ENT.
Expérimentation de Fleur d’encre 6ème (Hachette). La version numérique est très proche de la version papier (manque d’enrichissement média). Des textes de la version papier manquent dans la version numérique (problème de droits).
Expérimentation des nouveaux manuels Le livre scolaire en 5ème et 4ème : meilleure approche, un véritable manuel numérique. Contrairement aux éditeurs classiques, Le livre scolaire développe d’abord le manuel dont elle décline ensuite un manuel papier, proche d’une anthologie, avec peu de paratexte.
Avec une adresse académique, on peut accéder à tous les manuels numériques sur le site http://lelivrescolaire.fr/.
Débat :
Problème du choix des textes, trop classiques ( ?) des approches pédagogiques (trop consensuelles en raison de la démarche collaborative), absence de ligne pédagogique. La démarche proposée serait incompatible avec les attentes de certains collègues qui veulent un manuel proposant une progression annuelle et des cours clé en main.
Une grande qualité du Livre scolaire est qu’il propose des démarches centrées sur l’activité des élèves.
 

22. Corinne Martignoni (DGESCO) : Manuels numériques, retours issus de l’expérimentation nationale de la DGESCO

Il n’existe aucun modèle de tout numérique dans l’édition scolaire, sauf Apple (cf. dernières annonces).
Ce qui fait la différence entre un manuel papier et un manuel numérique, c’est le service. Le manuel numérique doit offrir une palette d’activités : pour l’enseignant dans la préparation des cours, pour les élèves dans les activités de cours.
Granularité : possibilité d’accéder à un élément (image, texte…) au lieu de charger le manuel complet (très lourd).
Problème de lecture des manuels dans les ENT : comptabilité des logiciels, mises à jour, versions élève / prof différentes…
Problème de l’évolution du rôle de l’éditeur : non plus simple conception et préparation du manuel jusqu’à la livraison mais service après vente à partir de la livraison du manuel.
Cf. Dossier par discipline "manuels numériques" : accès et supports, offre des éditeurs, fonctionnalités.
 
Faire remonter des académies les retours d’expérimentation des manuels numériques.
Belin va présenter une version beta sur tablettes de ses manuels numériques.
 

23. Caroline d’Atabekian (TRAAM Paris) : Quelques usages pédagogiques de Twitter et Facebook en français

(Cf. site lettres et tice Paris)
Les professeurs qui participent au stage PAF sur ce sujet ne sont pas des geeks, mais ils ne veulent pas être déconnectés et souhaitent comprendre les enjeux des réseaux sociaux et voir comme ils fonctionnent. Ils ne se rendent pas compte au départ qu’il y a un usage pédagogique possible de ces outils.
Présentation de deux activités extraites du manuel de 2de Passeurs de textes (Weblettres, Robert) Une cinquantaine d’activités TICE accessibles y compris à ceux qui n’ont pas acquis le manuel. S’inscrire en ligne (avec le NUMEN).
Présentation de la fiche : Une querelle entre Voltaire et Rousseau
Travail de l’argumentation à travers leur correspondance. Rédiger le profil Facebook des auteurs à partir de recherches documentaires. Reconstitution d’échanges.
Un hémistiche avec twitter
Le professeur donne un hémistiche et des contraintes sur sa page Twitter et les élèves doivent le compléter.
 

24. Françoise Cahen (TRAAM Créteil) : Quelques pistes pédagogiques offertes par les réseaux sociaux

(cf. site académique)
Les réseaux sociaux suscitent des a priori, et comportent de réels dangers. Nécessité de bien cadrer les conditions d’utilisation et les objectifs.
Exemples d’activités :
1.    Créer des applications sur Facebook. Concevoir un test de personnalité : quel personnage de Bel ami es tu ? Etude préalable des personnages et conception de cartes heuristiques. Chaque groupe avait écrit à la 2ème personne le portrait du personnage. Choix d’une série de questions à poser (reprenant les branches de la carte heuristique). Possibilité de partage avec tous les usagers Facebook.
2.    Conception d’un distributeur académique de citation à partir de l’Odyssée en Tle sur le modèle de « la phrase du jour ». Possibilité ensuite de s’abonner à l’application pour affichage que le mur Facebook de chaque élève. Mais aucune obligation pour les élèves d’avoir un compte Facebook.
3.    En quoi le roman Bel Ami est il un réseau social ? Elaboration d’une carte heuristique.
Bilan : émerveillement des élèves, correction entre les élèves, dépoussiérage de Bel-ami, investissement collégial, nécessité de limiter ces expériences.
4.    La twissertation en 2de. Devoir d’invention sur le personnage de Médée. Puis sujet de dissertation : Médée est elle condamnable ?
 

25. Delphine Regnard (TRAAM Versailles) : Veni vidi Twitti, de l’usage de Twitter en classe de lettres

@fbon twitte puis affiche les twitts sur son blog.
Travail sur les pseudos, les profils twitter.
[…]

26. Roland Gailleton (DGESCO) : Bilan et perspectives

Bilan du questionnaire cf. présentation sur la liste des IANTE.
La liste des interlocuteurs va être mise à jour.
L’année prochaine, pour la réunion des interlocuteurs, prévoir un thème, des temps de débat dans le déroulé.
Roland recherche des interlocuteurs pour le travail d’indexation, de nettoyage des fiches.
Regarder le site de Poitiers qui a intégré le module de recherche ÉDU'bases. Voir aussi sur les sites disciplinaires histoire et SVT (sur éduscol).
 
---
Remerciements à tous les intervenants, aux participants à ces journées et à Bruno HIMBERT (Dijon), Delphine BARBIRATI (Grenoble), Blandine HOMBOURGER (Nancy-Metz) et Pierre ESTRATE (Nice) pour leur contribution à ce compte rendu, à compléter au fur et à mesure.
 
Académies représentées :
Carlos GUERREIRO (Aix-Marseille), Jennifer CLÉRY (Amiens), Bernard MARÉCHAL (Besançon), Juliette SORLIN (Besançon),  Christophe TAUZIN (Bordeaux), Vincent JOUVIN (Caen), Karen GRANDRÉMY (Clermont-Ferrand), Françoise CAHEN (Créteil), Céline DUNOYER (Créteil), Bruno HIMBERT (Dijon), Delphine BARBIRATI (Grenoble), Annick JUDAS (Lille), Cynthia HOCMELLE (Limoges), Christiane CHYDÉRIOTIS (Lyon), Véronique LE POITTEVIN (Montpellier), Blandine HOMBOURGER (Nancy-Metz), Christelle GUILLOT (Nantes), Pierre ESTRATE (Nice), Philippe GODIVEAU (Orléans-Tours), Jean-Marie BOURGUIGNON (Paris), Caroline D'ATABEKIAN (Paris), François GIROUD (Rennes), Virginie PFEIFER (La Réunion), Bernard CHAMBRÉ (Rouen), Christine REMPP (Strasbourg), Marie SAINT-MICHEL (Toulouse), Delphine REGNARD (Versailles)

 

 

 

 

Previous Next