ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Bibliothèques numériques

Quoi de neuf ?

Les médias en parlent...

Avril 2010

Accord BNF - Wikimedia France : 1400 nouveaux ouvrages français pour Wikisource
« La Bibliothèque nationale de France et Wikimédia France ont signé un accord de partenariat qui va permettre à tous les internautes, au travers de Wikisource, d’avoir accès aux transcriptions d’oeuvres tombées dans le domaine public issues de Gallica. Au final, ce sont 1 400 textes en français qui vont être intégrés à Wikisource.
Voir Veille éducation numérique, 14/04/2010

Mars 2010

À quoi ressembleront les bibliothèques du futur ?

« Ebook, tablette dédiée aux livres ou hybride type iPad d'Apple : la déferlante de nouveaux supports et de nouveaux contenus est sur le point de transformer en profondeur nos chères bibliothèques. Des modèles de prêt (“accès illimité et simultané”, “une personne = un livre”) aux nouvelles fonctions des bibliothécaires, le blogueur et chercheur en sciences de l'information Olivier Ertzscheid nous donne des pistes sur ce qui pourrait arriver. »

Télérama, 14/03/2010

Google a numérisé plus de douze millions de livres

« Google indique avoir dépensé “des centaines de millions de dollars” dans son programme de numérisation de livres, qui compte maintenant plus de douze millions de titres scannés. »

Livres Hebdo, 15/02/2010

Google précise le fonctionnement de sa librairie numérique

« Google Edition ouvrira dans le courant de l’été prochain, et les libraires partenaires pourront disposer d’une remise de 45%... »

Livres Hebdo

Google signe un accord avec l'Italie pour numériser un million d'ouvrages

« L'Etat italien a signé, mercredi 10 mars, à Rome, un accord avec le géant de l'Internet Google afin qu'il numérise et mette en ligne un million de volumes, publiés avant 1860, appartenant aux bibliothèques de Rome et de Florence. C'est la première fois que la firme californienne parvient à un tel résultat, qui lui donne également accès à toutes les bibliothèques nationales de la Péninsule. [...]  Jusqu'à présent le groupe américain - qui a déjà conclu des accords de numérisation avec une quarantaine de bibliothèques, dont huit européennes - n'était jamais parvenu à une entente avec un Etat... »

Le Monde, 11/03/2010

Accord entre Google et le gouvernement italien pour la numérisation de bibliothèques nationales

«... Pour Google, c'est une victoire importante. Auparavant, l'entreprise n'avait eu accès qu'à des bibliothèques privées. En signant un accord avec le ministère de la culture italien, c'est toutes les bibliothèques publiques du pays qui sont désormais éligibles à la numérisation. "Il s'agit de notre premier accord avec le ministère de la Culture d'un gouvernement" a d'ailleurs souligné le responsable des ventes mondiales de Google, Nikesh Arora... »

Le Monde, 11/03/2010

Google séduit l'Italie

« ... A travers l'accord, Google s'engage à numériser un million d'ouvrages libres de droits et d'en fournir copie aux instances italiennes. Ce sont les bibliothèques (notamment celles de Rome et Florence) qui effectueront elles-mêmes la sélection des livres à numériser. De Petrarch, Dante ou Vico, voire Machiavel en passant par Guglielmo il Giuggiola et Coluccio Salutati, les œuvres en question porteront sur la période de la Renaissance qui se propagea en Europe aux XV et XVIe siècles après avoir pris racine en Italie au XIVe siècle... »

Silicon.fr, 11/03/2010

Janvier 2010

Publication du « Rapport sur la numérisation du patrimoine écrit » : trois pistes d'action sont proposées
Marc Tessier a remis le « Rapport sur la numérisation du patrimoine écrit » le 12 janvier au Ministre de la Culture et de la Communication. Trois pistes d’action sont proposées : « le changement d’échelle de la numérisation des ouvrages et du mode de fonctionnement de Gallica, bibliothèque numérique développée par la BnF ; une proposition de partenariat avec Google Livres qui passerait notamment par un échange de fichiers numérisés, sans exclusivité sur les fichiers échangés ; enfin, la relance d’une impulsion européenne, tant en direction des autres bibliothèques européennes que du portail Europeana ».

Voir Veille éducation numérique

Rapport « Création et Internet » et sondage sur les pratiques et les attentes des internautes
La mission « Création et Internet » propose, entre autres, que l’État négocie avec les éditeurs pour que les oeuvres numérisées puissent être utilisées à des conditions préférentielles par l’Éducation nationale. En annexe, un sondage sur les pratiques et les attentes des internautes concernant les contenus culturels sur Internet montre que les principaux obstacles à une plus grande consommation de livres numériques sont le manque de confort de lecture et le prix trop élevé.

Voir Veille éducation numérique

POLINUM : plateforme collaborative pour la numérisation des fonds patrimoniaux
POLINUM se présente comme « une plateforme collaborative de recherche et développement pour la numérisation et la valorisation des fonds patrimoniaux, industriels et informationnels ».

Voir Veille éducation numérique

Novembre 2009

Les "bibliothèques numériques" peuvent-elles être des bibliothèques ?
- Bibliothèques numériques, la nécessaire médiation
- Pour une conception centrée-utilisateurs des bibliothèques numériques
- Les portails d'information du CNRS.
Communication & Langages, n° 161

Voir sur éduscol  Veille éducation numérique

Octobre 2009

Politique de numérisation

L'avenir numérique du livre
Par Roger Chartier
Professeur au Collège de France - Président du Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France (BNF), historien des pratiques culturelles
"L'obsession "googlienne", aussi légitime soit-elle, a pu faire oublier certaines des questions fondamentales que pose la conversion numérique de textes existant dans une autre matérialité, imprimée ou manuscrite. Cette opération est au fondement même de la constitution de collections numériques permettant l'accès à distance des fonds conservés dans les bibliothèques.
Bien fou serait celui qui jugerait inutile ou dangereuse cette extraordinaire possibilité offerte à l'humanité. "Quand on proclama que la bibliothèque comprenait tous les livres, la première réaction fut un bonheur extravagant", écrit Jorge Luis Borges, et c'est une même immédiate félicité que produit la nouvelle Babel numérique. Tous les livres pour chaque lecteur, où qu'il soit : le rêve est magnifique, promettant un accès universel aux savoirs et à la beauté. [...]
Ce sont justement ces propriétés fondamentales de la textualité numérique et de la lecture face à l'écran que le projet commercial de Google entend exploiter. Son marché est celui de l'information.[...]
Mais, de plus, dans de nombreux cas, l'utilisation par les bibliothèques de leurs propres collections numérisées par Google (et même s'il s'agit d'ouvrages du domaine public) est soumise à des conditions tout à fait inacceptables, telles que l'interdiction d'exploiter les fichiers numérisés durant plusieurs décennies ou celle de les fusionner avec ceux d'autres bibliothèques.[...]
Les justes réticences face à un partenariat aussi risqué ont plusieurs conséquences. D'abord, exiger que les financements publics des programmes de numérisation soient à la hauteur des engagements, des besoins et des attentes et que les Etats ne se défaussent pas sur des opérateurs privés des investissements culturels à long terme qui leur incombent."

Le Monde, 27/10/2009

Septembre 2009

 Accord Google-BnF : pour ou contre ?

Numérique : Mitterrand invite les éditeurs à s'unir face à Google
"Le ministre de la Culture plaide pour la création d'une plate-forme unique de distribution du livre numérique pour contrer le moteur de recherche. Concernant un accord entre Google et la BNF, il assure qu'il évitera « toute précipitation »...
« Je vais m'engager fortement pour qu'une offre légale et attractive de livre numérique puisse rapidement émerger. C'est une nécessité pour éviter la dérive vers le piratage », a-t-il dit. En contrepartie, Frédéric Mitterrand demande aux maisons françaises, parties en ordre dispersé dans l'aventure numérique, de s'unir autour d'un « projet d'une plate-forme unique ». Pour le moment, plusieurs projets s'affrontent..."

Les Echos, 01/10/2009

Livres numériques : Mitterrand veut faire face à Google

"Le ministre de la Culture souhaite mettre en place une plateforme de distribution des ouvrages numériques commune aux éditeurs français pour résister à l’envahisseur Google. Une fronde anti-Google est-elle vraiment nécessaire, juste, fondée ?... Pour le nouveau locataire de la rue de Valois, les choses sont claires : il faut organiser la résistance des éditeurs français face au géant Google et sa politique de numérisation des ouvrages..."

L'Informaticien, 01/10/2009

Numérisation des bibliothèques - L'accord Google-BnF : une coopération historique
"En entamant un rapprochement sans précédent et très médiatisé avec le moteur de recherche Google, la Bibliothèque nationale de France (BnF) vient de décider de se tourner résolument vers une culture de performance et de résultat. Les grands Gagnants ? Les lecteurs bien sûr, car avec une politique de numérisation ambitieuse, il s’agira de pouvoir donner accès au plus grand nombre à des ouvrages autrefois confinés au rez-de-jardin de l’établissement, stockés dans les archives et réservés de facto aux chercheurs et autres spécialistes..."

IIfrap.org, 30/09/2009


Journées d'étude

Les nouveaux usages en bibliothèques universitaires
Vidéo : Intervention de Daniel Bourrion

La mise à disposition de ressources électroniques dans les bibliothèques universitaires s’accompagne-t-elle du développement de nouveaux usages de consultation et de lecture ? Quels sont ces usages ? Sont-ils différents selon les publics ? La bibliothèque de l’Université d’Angers a lancé cette année une expérimentation sur le prêt aux lecteurs de “livrels” (livres électroniques). Quel bilan peut-on tirer de cette expérimentation ? Que peut-elle nous dire du repositionnement des bibliothèques dans l’éco-système de circulation de l’information numérique ?
Cette intervention a eu lieu le 11 septembre, à l'Université St-Charles, dans le cadre de l'Université d’été de l’édition électronique ouverte qui s'est déroulée du 7 au 11 septembre 2009.). Il traite de la vie de l’équipe et de l’ensemble des dimensions de son métier, l’édition électronique scientifique. Daniel Bourrion est conservateur à la bibliothèque universitaire numérique d’Angers. Il a lancé une expérience de prêt de "livrels" auprès des étudiants.

http://leo.hypotheses.org/2606

E-book : nouveaux supports, nouveaux usages. Quel impact pour les acteurs de l’IST ?
Journée d'information-formation du réseau GO !Doc

Cette journée s’est tenue le 15 septembre à l’ENS Cachan. Le réseau GO !Doc est un réseau de documentalistes et bibliothécaires du CNRS de la région Île-de-France Sud. C’est un réseau multidisciplinaire où la plupart des départements scientifiques du CNRS sont représentés (Mathématiques, Informatique, Physique, Planète et Univers, Chimie, Sciences du Vivant, IN2P3). Il est basé sur le volontariat et le travail collaboratif.

Reseau GO !Doc


Europe

Communication de la Commission européenne
Europeana : prochaines étapes
A ce jour, Europeana compte 4,6 millions de documents numérisés alors qu'ils n'étaient que 2 millions il y a neuf mois
"Alors que les collections de la bibliothèque numérique européenne Europeana ont plus que doublé depuis son lancement en novembre 2008, la Commission européenne a publié le 28 août 2009 un document d'orientation dans lequel elle fixe l'objectif d'un total de 10 millions de documents numérisés d'ici à 2010. De 2009 à 2011, le programme communautaire eContent plus contribuera au budget d’Europeana à hauteur de 80 % environ, soit 2,5 millions d’euros par an…

Europaforum, 28/08/2009

Europeana - Prochaines étapes
PDF, 12 p.

Consultation publique sur l'avenir d'Europeana et la numérisation des livres : ouverte du 28 août au 15 novembre 2009
Pour faire face aux défis de la numérisation, la Commission lance une consultation publique sur l’avenir d’Europeana.

Les questions posées par la Commission sont organisées autour de trois axes
5 questions générales, 5 questions sur le contenu, 6 questions sur le financement et la gestion.

Sur le contenu

Question 6
Quelles catégories de contenu sont suffisamment importantes pour les utilisateurs pour que les Etats membres et leurs institutions culturelles soient encouragés à les rendre disponibles sur Europeana? Quelles mesures doivent être prises en vue d'assurer la disponibilité de ces oeuvres sur Europeana?

Question 9
Quelles mesures devraient être adoptées pour éviter que le processus de numérisation lui-même crée de nouveaux types de droits d'auteur sui generis qui, en retour, pourraient créer des barrières à la diffusion d'oeuvres numérisées du domaine public?

Question 10
Quelles mesures peuvent être prises pour s'assurer que les institutions culturelles rendent leur contenu numérisé du domaine public accessible et utilisable de la façon la plus large possible sur Internet ? Devrait-il y avoir des conditions minimales concernant la façon dont ce contenu numérisé du domaine public est disponible à travers Europeana ?

Sur la gestion et le financement

Question 11
Quel modèle de financement représenterait une répartition équitable entre le financement communautaire, celui des Etats membres et celui du secteur privé, en prenant en compte l'objectif d'Europeana qui est de permettre un accès le plus large possible à l'héritage culturel européen par les européens. Europeana pourrait-il être financé uniquement par les institutions culturelles nationales ou par des fonds privés?

PDF, 3 p. 


Etats-Unis

La bibliothèque du Congrès, trésor caché de Washington
"... Tous les jours, deux millions de pages sont... consultées. La numérisation, commencée il y a 12 ans, ne concerne encore à peine que 10% de tout ce que renferme la Library qui a un accord avec l’UNESCO pour mettre sur pied une bibliothèque numérique mondiale. Une fois numérisés, la plupart des documents rares et uniques de la planète seront offerts gratuitement sur l’internet. [...] La bibliothèque se veut universelle et moderne : près de la moitié de ses livres ne sont pas en anglais (il y en a dans 470 langues!)... Parmi les trésors déjà numérisés, il y a, pêle-mêle, la mappemonde de l’Allemand Martin Waldseemüller, où apparaît pour la première fois, en 1507, le mot «Amérique», des manuscrits de Mozart, Beethoven, Gershwin et Stravinski..."

Métro Montréal, 09/09/2009

Bibliothèque numérique : le projet de Google retoqué
"Alors que le projet de numérisation lancé par le moteur de recherche suscite une polémique croissante des deux côtés de l'Atlantique, le ministère de la Justice américain a invité Google à revoir l'accord passé avec l'édition américaine. Objectif : mieux protéger les droits d'auteur et empêcher la constitution d'un monopole de la distribution de livres en ligne... L'accord, qui doit encore être validé par la justice américaine, a suscité contre lui la formation d'une coalition hétérogène : baptisée « Open Book Alliance ». Celle-ci a rassemblé aussi bien des associations de bibliothécaires, des sociétés d'auteurs, des syndicats de petits éditeurs, que l'organisation à but non lucratif Internet Archive pour une bibliothèque universelle en ligne gratuite. Elle accueille même, depuis août dernier, les poids lourds de l'Internet (et concurrents de Google) Yahoo !, Microsoft et Amazon. Tous reprochent à cet accord d'avoir pour résultat d' « organiser un monopole de l'accès, de la distribution et de la fixation des prix de la plus grande banque de données digitale de livres du monde »..."

Alternatives économiques, 23/09/2009


Coopération internationale

Bibliothèque numérique francophone : premier essai réussi en Haïti
Montréal – Une première expérimentation d’un prototype de la Bibliothèque numérique pour la jeunesse francophone du Sud (BNJFS) en Haïti a donné des résultats satisfaisants au niveau de la pédagogie, de la bibliothéconomie (ou gestion des bibliothèques) et de la technologie...
Parmi les documents disponibles dans la bibliothèque numérique, 80 % sont des œuvres de jeunes haïtiens ou africains (ex : contes) qui ont été fournies par l’Association pour la création littéraire chez les jeunes. Des documents au contenu plus général, tel des dictionnaires ou des encyclopédies sont aussi disponibles. [...]
le volet bibliothéconomie a donné les résultats suivant :
- 96% des élèves ont aimé utiliser la bibliothèque numérique, particulièrement parce qu'ils ont appris de nouvelles choses
- 93% des élèves considèrent qu’il est facile d’utiliser la bibliothèque numérique.
- 100% des enseignants évaluent que la bibliothèque numérique apporte une valeur ajoutée à leur enseignement...'

Infobourg Canada, 15/09/2009

Août 2009

Europeana

A ce jour, Europeana compte 4,6 millions de documents numérisés alors qu'ils n'étaient que 2 millions il y a neuf mois.
"Alors que les collections de la bibliothèque numérique européenne Europeana ont plus que doublé depuis son lancement en novembre 2008, la Commission européenne a publié le 28 août 2009 un document d'orientation dans lequel elle fixe l'objectif d'un total de 10 millions de documents numérisés d'ici à 2010.
De 2009 à 2011, le programme communautaire eContent plus contribuera au budget d’Europeana à hauteur de 80 % environ, soit 2,5 millions d’euros par an… Pour faire face aux défis de la numérisation, la Commission lance une consultation publique sur l’avenir d’Europeana."

Europaforum, 28/08/2009 

Communication de la Commission européenne
28/08/2009, PDF, 12 p.

Numérisation d’ouvrages : Bruxelles soutient les efforts de Google Books
"Pour enrichir la bibliothèque numérique Europeana, la Commission européenne soutient la constitution de partenariats public-privé et salue l'initiative de Google Books…  La Commission européenne souhaite parvenir à un total de 10 millions de documents numérisés d’ici l’année prochaine. Un véritable défi…"

ITespresso.fr, 28/08/2009

La bibliothèque Europeana a doublé de taille en neuf mois
"En marge du débat franco-français opposant Jean-Noël Jeanneney et Bruno Racine, respectivement ancien et actuel présidents de la Bibliothèque Nationale de France (BnF) sur une éventuelle collaboration avec Google, la commission européenne a plutôt pointé les bonnes performances de la France dans le domaine de la numérisation..."

NetEco, 31/08/2009

L'UE divisée sur Google Books
"La numérisation des livres... sème la controverse à Bruxelles. La commissaire à la Société de l’information Viviane Reding soutient les efforts de Google, le principal acteur privé dans ce domaine, tandis que le commissaire au Marché intérieur Charlie McCreevy a appelé à une audition concernant les violations de droits d’auteur commises par Google Books en Europe, après les plaintes de plusieurs Etats membres..."

Euractiv.com, 28/08/2009

La bibliothèque numérique européenne et les droits d'auteurs
"Une bibliothèque numérique européenne deux fois plus grande mais qui est handicapée par le manque d'accords européens sur les droits d'auteur... "La numérisation des livres est une tâche herculéenne, mais elle est aussi un moyen de permettre à des millions de personnes, en Europe et ailleurs, d'accéder à des contenus culturels. C'est pourquoi je salue les premiers efforts réalisés par les États membres et leurs institutions culturelles pour remplir les rayons de la bibliothèque numérique européenne" a déclaré M me Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la société de l'information et des médias. "Toutefois, je suis inquiète de constater que 5 % seulement de tous les livres numérisés de l'UE sont disponibles sur Europeana.[...] Cela montre qu'il faudrait peut-être que les États membres cessent de se contenter d'envier les progrès réalisés sur d'autres continents et commencent à retrousser leurs manches. Cela montre aussi qu'Europeana, à elle seule, ne suffira pas à accroître la visibilité numérique de l'Europe dans le monde. Une coopération plus approfondie sera nécessaire pour adapter à l'âge du numérique le cadre juridique européen en matière de droits d'auteur.»

Techno-science, 30/08/2009
 

BnF

La BNF et l'Abes ont signé un accord avec la structure américaine OCLC
La BNF (Bibliothèque nationale de France) vient d'annoncer cet été la signature d'un accord avec la structure américaine OCLC (Online computer library center) pour l'ajout des notices bibliographiques de son fonds documentaire dans le catalogue WorldCat, "la ressource la plus importante au monde pour la recherche d'information dans les bibliothèques". L'opération porte sur un chargement d'environ 13,2 millions de notices bibliographiques de la BNF, en vue "d'une visibilité et d'une accessibilité accrues pour les utilisateurs du web dans le monde entier".
L'Abes (Agence bibliographique de l'enseignement supérieur - indique également avoir "notifié à OCLC le marché d'adhésion à WorldCat" et que "la visibilité des collections des 110 établissements ayant donné leur accord sera effective au 1er trimestre 2010."
Source : OCLC, www.oclc.org

Communiqué de presse en anglais
oclc.org/news

Traduction en français
oeildailleurs.blogspot.com
 

Polémique autour d'une éventuelle participation à Google Books

Sur le site de la BnF
Communiqué du 28 août 2009
Communiqué du 18 août 2009

BNF et Google : Frédéric Mitterrand se place en arbitre
"Le ministre de la Culture temporise dans la polémique mêlant la BNF et Google et la présumée ingérence du groupe Internet dans les fonds de bibliothèques à numériser."

IT espresso.fr, 31/08/2009

Numérisation avec Google : la BNF tente de calmer le jeu
"Suite à la tribune enflammée de Jean-Noël Jeanneney, ancien président de la Bibliothèque nationale de France, Bruno Racine, son actuel patron refuse d'entrer dans la polémique."

ZDnet, 31/08/2009

Mise au point de la BnF sur sa participation à Google Books
"La polémique sur une éventuelle participation de Google au programme de numérisation de la Bibliothèque Nationale de France ne retombe pas..."

NetEco, 31/08/2009

Numérisation : Google pousse à l’index
"La Bibliothèque de France va-t-elle confier à Google le soin de numériser une partie de ses collections ? L’hypothèse est envisagée au sein de l’établissement public. Cinq ans après l’annonce du programme Google Books visant à numériser les documents des plus grandes bibliothèques du monde, le moteur de recherche américain s’affirme comme l’unique opérateur de ce nouveau partage des connaissances. Un monopole qui inquiète. Revue des enjeux....
- Où en est le chantier de la numérisation des livres ?
- Pourquoi avoir peur de Google ?
- Pourquoi Google s’investit-il autant sur le sujet ?
- Quelles sont les alternatives à Google ?"

Libération, 29/08/2009

Numérisation - Un accord entre la BNF et Google passera par Mitterrand
"Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, s'engage à prendre rapidement une décision sur la politique de numérisation des livres de la Bibliothèque nationale de France, en négociation avec Google. La BNF, qui s'était longtemps opposée aux ambitions de Google pour la numérisation de son fonds d'ouvrages, avait provoqué la surprise le 18 août en annonçant qu'elle discutait avec le numéro un mondial de la recherche sur internet. "Nos négociations avec Google pourraient aboutir d'ici à quelques mois", affirmait Denis Bruckmann, le directeur général adjoint de la BNF, au quotidien La Tribune. Ce changement de stratégie serait motivé par le coût extrêmement élevé de la numérisation des livres. "

TF1-LCI, 31/08/2009
 

Pour ou contre Google ?

- Contre

Microsoft et Amazon fédèrent l'opposition à Google Books
"Le monde de l'édition a rendez-vous avec son histoire vendredi prochain. Auteurs et éditeurs doivent décider d'ici là s'ils veulent, ou non, participer au plus grand projet de numérisation de livres de tous les temps, mis en œuvre par Google. Sociétés d'auteurs, pouvoirs publics et associations diverses ont, de leur côté, à indiquer s'ils souhaitent participer à l'audience impartiale prévue le 7 octobre à New York. La justice américaine se prononcera ce jour-là sur l'accord signé entre Google et les auteurs et éditeurs américains, selon des termes susceptibles de changer la donne pour l'avenir numérique de l'édition..."

Le Figaro, 31/08/2009

Microsoft, Yahoo! et Amazon unis contre Google Books"En rejoignant l'Open Book Alliance, une coalition portée par le site Internet Archive, ils souhaitent s'opposer à la création et à la commercialisation par Google d'une bibliothèque numérique universelle..."

01.net, 21/08/2009

- Pour

Google Livres : Sony apporte son soutien à Googlela rédaction, publié le 31 août 2009
" Alors qu’Amazon, Microsoft et Yahoo ont rejoint l’Open Book Alliance pour contester l’accord qui permettrait à Google de commercialiser des millions de livres numérisés, Sony lui apporte son soutien. La firme japonaise a beaucoup à y gagner. Même lorsque l'on se nomme Google, un allié de poids est toujours appréciable dans un combat. [...] Le soutien de Sony ne doit évidemment rien au hasard. La raison principale, le format de fichier ePub. Il s'agit d'un format ouvert reconnu par l'International Digital Publishing Forum et des éditeurs et qui pourrait s'imposer comme le standard technique pour les livres électroniques. Il y a 15 jours, Sony a annoncé qu'il adoptait ePub pour son livre électronique, le Reader, ainsi que pour les livres numériques qu'il vend. "

ZDnet, 31/08/2009
 

Licence globale et open source

Edition numérique : la tentation de l’open source
"Licence globale et open source offrent des modèles économiques éminemment intéressants pour le développement de propriété intellectuelle. Quoi de plus normal de les voir portés sur le devant de la scène comme modèles économiques potentiels pour l’édition de livres numériques. […]
… il est possible de dire que le livre repose sur quatre facteurs clés :
- l’intention de l’auteur,
- la recherche du lecteur,
- la vision de l’éditeur,
- la nature protéiforme du livre.
A eux seuls ces quatre facteurs sont des obstacles insurmontables pour les modèles économiques des nouvelles technologies. Ils s’opposent à la culture de l’open source, car ils ne sont ni "open", ni "global". Chaque livre est une aventure individuelle, singulière, prenante pour chacun des acteurs de sa production. […]

La tentation est grande de vouloir s’orienter vers des modèles ouverts, coopératifs, relationnels pour permettre à l’édition numérique de trouver une nouvelle économie. Mais la singularité du livre, ou plutôt des livres, réduit à néant ce type de modèles qui s’articulent sur des mécanismes transparents et sur des attentes identifiables. La relation subtile qui lie l’auteur, l’éditeur et le public est alchimique et se manifeste sous la forme du livre. C’est une fois que le livre existe que la machine communautaire peut enfin se mettre en marche et remplir son office. Et c’est une fois que le livre est tombé dans le domaine public qu’il est nécessaire de l’intégrer dans un dispositif open source. "

Agoravox, 28/08/2009