Bibliothèques numériques

Quoi de neuf ?

Les médias en parlent...

Octobre 2009

Politique de numérisation

L'avenir numérique du livre
Par Roger Chartier
Professeur au Collège de France - Président du Conseil scientifique de la Bibliothèque nationale de France (BNF), historien des pratiques culturelles
"L'obsession "googlienne", aussi légitime soit-elle, a pu faire oublier certaines des questions fondamentales que pose la conversion numérique de textes existant dans une autre matérialité, imprimée ou manuscrite. Cette opération est au fondement même de la constitution de collections numériques permettant l'accès à distance des fonds conservés dans les bibliothèques.
Bien fou serait celui qui jugerait inutile ou dangereuse cette extraordinaire possibilité offerte à l'humanité. "Quand on proclama que la bibliothèque comprenait tous les livres, la première réaction fut un bonheur extravagant", écrit Jorge Luis Borges, et c'est une même immédiate félicité que produit la nouvelle Babel numérique. Tous les livres pour chaque lecteur, où qu'il soit : le rêve est magnifique, promettant un accès universel aux savoirs et à la beauté. [...]
Ce sont justement ces propriétés fondamentales de la textualité numérique et de la lecture face à l'écran que le projet commercial de Google entend exploiter. Son marché est celui de l'information.[...]
Mais, de plus, dans de nombreux cas, l'utilisation par les bibliothèques de leurs propres collections numérisées par Google (et même s'il s'agit d'ouvrages du domaine public) est soumise à des conditions tout à fait inacceptables, telles que l'interdiction d'exploiter les fichiers numérisés durant plusieurs décennies ou celle de les fusionner avec ceux d'autres bibliothèques.[...]
Les justes réticences face à un partenariat aussi risqué ont plusieurs conséquences. D'abord, exiger que les financements publics des programmes de numérisation soient à la hauteur des engagements, des besoins et des attentes et que les Etats ne se défaussent pas sur des opérateurs privés des investissements culturels à long terme qui leur incombent."

Le Monde, 27/10/2009