ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Lecture sur écran

6. Lecture de livres électroniques

Quel public ?

Le nombre de lecteurs de livres numériques en augmentation

Baromètre des usages du livre numérique

Ce baromètre semestriel, réalisé par Opinion way pour les auteurs et éditeurs, associés au sein de la SOFIA, a pour objectif d'observer les évolutions des usages du livre numérique. L'étude a été faite en deux temps. La première phase a été réalisée auprès d’un échantillon de 1994 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. La seconde phase a été réalisée auprès d’un échantillon de 542 personnes, représentatif de la population des utilisateurs de livres numériques âgée de 15 ans et plus.
Quelques éléments de ce baromètre :

  • 14 % des Français ont déjà lu un livre numérique (+ 8 points depuis mars 2012).
  • Ils les lisent principalement avec une liseuse (85 %, - 7) puis avec une tablette numérique (82  %, + 3) et un ordinateur portable (59 %, + 3).
  • Les livres numériques sont préférés pour leur facilité de stockage (79 %, + 6) et de rangement (75 %, + 3).
  • 53% pensent que leur usage des livres numériques va augmenter
  • Les lecteurs de livres numériques sont amateurs de numérique :  84% possèdent un ordinateur portable, 69% possèdent un ordinateur fixe, 37% possèdent une tablette numérique,16 %possèdent une liseuse.

Opinion-way, septembre 2012

Un public encore restreint... qui évolue

Les Français et les nouvelles pratiques de lecture : Enquête Opinion Way pour le Figaro littéraire - mars 2010

Réalisée auprès d’un échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Interviews réalisé entre le 17 et le 18 mars 2010. Deux questions étaient posées :
- Aujourd'hui, sur quel support lisez-vous le plus souvent un livre ?
- Et à l'avenir sur quel support pensez-vous que vous lire le plus souvent des livres ?

Télécharger les résulats de l'enquête sur le site du Figaro
Les Français et les nouvelles pratiques de lecturePDF, 7 p.

Un français sur cinq prêt à lire sur écran

« Premier constat, flagrant.... plus de neuf Français sur dix lisent aujourd'hui un livre dans sa version la plus classique : le bon vieux papier...
... deuxième constat, significatif : un Français sur cinq pense qu'il dévorera un livre autrement que dans sa version papier. En priorité via un écran d'ordinateur (11%) et un e-book (7%). 2% pensent qu'ils liront un roman ou un essai sur leur téléphone mobile, et autant par l'écoute d'un CD lu par un comédien. En revanche, il existe une large majorité rétive à toute idée de lire via un écran quel qu'il soit : 77% des Français s'imaginent dans les années à venir continuer à feuilleter encore des pages et des pages.
Ce sondage casse deux idées reçues : il n'y a presque pas de ­clivage générationnel. Et dans le domaine de la lecture, les femmes sont plus technophiles que les hommes (15% contre 8% d'hommes) !
Dernier constat, enfin. Les Français ne pensent pas en termes d'opposition - le papier contre le numérique... »

Le Figaro, 25/03/2010

Le livre numérique : ce que les utilisateurs en pensent

Enquête Benchmark Group - mars 2010
« Que pensent les premiers utilisateurs du livre numérique ? Ceux qui l'ont testé sur un reader et ceux qui ont lu sur un smartphone ? Quelles sont leurs attentes ? Reader, smartphone, ordinateur… Quels sont les supports qui leur semblent les plus adaptés à la lecture ? Quels sont les genres littéraires les plus attendus en version numérique ? Confort de lecture, gain de place, achat à distance… Quels sont les principaux avantages du livre électronique retenus par les lecteurs ? Sous quelles conditions les lecteurs sont-ils prêts à abandonner le papier ?
Pour répondre à ces questions, Benchmark Group a mené une enquête en ligne au cours du mois de janvier 2010 auprès de 625 lecteurs, dont 196 ayant déjà testé un livre numérique. »
Benchmark Group

Bien que chers, les e-books plaisent à leurs utilisateurs

« L'e-book surprend ses utilisateurs pour le confort de lecture qu'il leur offre. Cependant, les terminaux restent chers pour le grand public. 48% de ses utilisateurs citent le confort de lecture comme étant un des avantages principaux du livre numérique, selon une étude Benchmark Group... »

Journal du Net, 12/03/2010

Sur quel support les adolescents d'aujourd'hui sont-ils le plus enclins à lire ?

« Pour les éditeurs "papier", qui sont sur le qui-vive, la cannibalisation du livre physique par le livre électronique constitue un véritable enjeu...
Aux Etats-Unis, où la lecture sur écran est la plus développée, une étude du Book Industry Study Group démontre que les utilisateurs de "liseuses" tendent à ne plus acheter de livres [...] Dans ce paysage en pleine recomposition, il existe un objet ludique, familier des adolescents, qui pourrait servir de tremplin vers la lecture : la console de jeux... » Alain Beuve-Méry

Le Monde des livres, 11/03/2010

L'e-paper sortira t-il de sa niche ?

"L'eBook est d'ores et déjà adopté par les professionnels qui n'ont pas besoin d'applications très perfectionnées. Mais avant que ceux qui - comme les publicitaires - ont ce besoin s'y rallient, il devra être perfectionné.
Les supports de livres numériques sont déjà utilisés par les professionnels. Ceux qui les ont adoptés avaient comme seul critère le besoin de lire clairement des textes sur un support nomade. L'Idate, dans son étude "E-paper : a new generation of screens with new applications?", identifie les quatre avancées technologiques nécessaires pour que son usage s'étende : le format, la couleur, la flexibilité et la vidéo..."

L'Atelier, 16/03/2009

Un homme... âgé de 46 ans et plus... plutôt urbain et CSP+

Florence Legrand
"La Fnac, distributeur du Reader de Sony, s'est penchée sur le cas de ceux qui ont franchi le pas du livre électronique. S'ils sont plutôt très satisfaits par l'objet, le contenu trop léger et les prix trop élevés font partie des points à améliorer.
L'utilisateur du Reader est un homme à 69%, il est âgé de 46 ans et plus, est plutôt urbain et CSP+. Il utilise en premier lieu son livre pour lire des livres, mais s'en sert aussi (50% des usagers) de support de stockage de document personnels et professionnels.
Le confort de lecture et la qualité du produit dans son ensemble sont plébiscités par les utilisateurs. L'étude rapporte même que deux utilisateurs sur trois disent préférer la lecture sur ce support électronique à un livre classique..."

Le Numériques.com, 13/03/2009

 

 

Les séniors

Les seniors lisent mieux sur tablettes mais préfèrent l'imprimé

«Les rapports et études sont formels, en tout cas, celle de la Johannes Gutenberg-Universität Mainz : pour les seniors, la lecture est plus facile sur un lecteur ebook, qu'avec un livre papier. Moins d'efforts, une plus grande accessibilité, autant de solutions qui favorisent et encouragent la lecture chez les plus âgés [...] Chaque participant était invité à lire neuf textes, de la fiction aux textes universitaires, chaque fois sur une tablette, sur un lecteur ebook et une page imprimée. Les meilleurs résultats ont ainsi été obtenus lorsque les personnes âgées lisaient sur des tablettes et suggèrent donc clairement que ces appareils favorisent la lecture. »

Actualitté, 07/02/2013

Pour lire quoi ?

Des livres numériques pour quoi ?

Le "reader" n’est pas un appareil de transfusion du sens
Entretien avec Danièle Sallenave
"Normalienne, agrégée de lettres, traductrice de Pasolini et de Calvino, Danielle Sallenave publie aujourd’hui "Nous, on n’aime pas lire", passionnante réflexion sur l’apprentissage de la lecture, issue de sa rencontre avec de jeunes lycéens..."

- Que répondez-vous aux apôtres du web qui expliquent que l’accaparement des jeunes générations par les écrans en fait paradoxalement des lecteurs assidus?
DS : "... une lecture, fût-elle "assidue" d’informations générales n’est pas l’équivalent de la lecture, même sporadique, d’une oeuvre grande et forte, d’un grand texte..."

Nous avons vu apparaître cette année les premiers lecteurs électroniques procurant un confort de lecture équivalent à celui du papier. Confronté à ce nouvel objet, le livre va-t-il rester le contenant emblématique du savoir? N’a-t-il pas déjà perdu ce statut?
DS : " à chaque grande invention : quelque chose d’irremplaçable est tué, quelque chose d’impensable s’impose. L’imprimerie signe la fin des incunables, mais elle est aussi un gain immense en matière de diffusion des oeuvres et de la pensée, même si ce n’est pas son but premier. Les modernes "readers" s’inscriront-ils dans cette ligne ? […] Je n’y vois pas de menace pour la lecture, puisque le mode d’appropriation et de construction du sens demeureront rigoureusement le même. […]  Mais la question du goût de lire se posera tout autant : celui qu’on aura convaincu d'en acheter un car c’est "moderne" risquera fort d’être déçu. Le maniement sera souple et facile ; mais le processus de lecture toujours le même. Lent et ennuyeux, toujours autant, si vous n’aimez pas ou ne savez pas lire. Le "reader" n’est pas un appareil de transfusion du sens."

Entretien avec Danièle Sallenave : Lirons-nous demain ? Le Magazine littéraire, mars 2009

Lecture confortable mais au prix fort... le livre numérique complémentaire de la version papier...
"Deux tiers des lecteurs du Reader de Sony estiment qu’il est plus agréable de lire un livre sur ce ebook que sur un format classique...
Ainsi 70% considèrent que le livre numérique est complémentaire de la version papier.[...]
Quelles sont les qualités de ce ebook ? Le confort de lecture est donc jugé satisfaisant, avec une note en moyenne de 7,6 sur 10. Le principal avantage cité tient dans les performances techniques de l’appareil (59%). Du côté des améliorations à apporter, c’est le coût des livres à télécharger qui coince. Ainsi 80% des personnes interrogées jugent le prix insatisfaisant. Elles pensent, pour 75% d’entre elles, que le prix devrait être en moyenne 40% moins cher qu’un livre (contre environ 10% aujourd’hui).."

Ecrans.fr, 13/03/2009

Appel pour l'ebook : 21 raisons de défendre le livre électronique
Gabriel Gascon dirige le site Sos eBooks
"Instantanéité... Ubiquité... Permanence... Inusable... Facile à copier... Bibliothèque portable... Recherche facile dans le texte... Citations plus faciles... Marque-page et annotations... Liens dynamiques et métalecture... Audio et vidéo... Synthèse vocale... Apprentissage en ligne (e-learning)... Couleurs et illustrations... Facile à modifier... On peut le lire dans le noir... Écologique... Facilite l'enseignement... On peut adapter l'aspect... Certains livres ne sont publiés qu'en ebook..."

ActuaLitté.com, 07/03/2009

Le plus intéressant c’est combien ces appareils servent à lire autre chose que des livres...
Hubet Guillaud
"Mais ce qui me semble le plus intéressant c’est combien ces appareils servent à lire autre chose que des livres (des manuscrits, des articles, des .doc, etc.) - et ce, pas seulement parce que les livres récents sont indisponibles, mais bien parce que nos lectures sont plus ouvertes, plus larges. Je crois que cela montre encore une fois combien la liseuse ne vient pas en concurrence du livre papier, mais sert d’autres usages, dont le livre n’est qu’une partie.
Et encore, si ces appareils permettaient de mieux prendre des notes, cela serait encore plus criant."

TeXtes - Blog, 15/09/2008

Pour une politique du savoir
Patrick Bazin
"Nous sommes donc ici, comme dans bien d’autres domaines, parvenus à un tournant. L’opportunité se présente de favoriser dans l’ordre de l’éducation et de la culture une convergence semblable à celle que connaissent les technologies de l’information (et que celles-ci, d’ailleurs, peuvent favoriser). En quoi cette convergence devra-t-elle consister ? D’abord, sans doute, dans un mixage novateur entre les méthodes de l’enseignement et les nouvelles formes de médiation culturelles. Ensuite, dans un accès le plus aisé et le plus large possible aux contenus, quelles que soient leurs formes. Enfin et surtout, dans la possibilité que chacun aura d’exprimer et de faire partager sa propre expérience. Une telle convergence devra, en somme, permettre à chacun de devenir acteur, et non plus seulement consommateur, du savoir."

LivresHebdo.fr, le 12/04/2007

Son avenir lui échappe déjà sans doute...
Patrick Bazin
"On peut certainement faire confiance à la technologie pour reconstituer les spécificités du livre tout en lui ajoutant les avantages de la mise en réseau, mais est-ce bien de cela qu’il s’agit lorsqu’on se demande si le livre a un avenir ?
De nouvelles possibilités, qui sont aussi de nouveaux défis, se présentent à nous : celles d’une information de plus en plus complexe, diverses et volatile ; celle d’une créativité personnelle qu’il devient possible (nécessaire ?) d’exprimer dans un cadre d’emblée mondialisé. Il est de moins en moins évident que le livre puisse correspondre à une telle perspective. Son avenir lui échappe déjà sans doute."

Blog - Livres hebdo, octobre 2007

 

Pratiques sociales du livre électronique
Jean-Gabriel Ganascia
"En résumé, le rôle que joue le livre électronique dans la construction et la transmission d'un patrimoine intellectuel recouvre des visages si différents qu'il convient d'abord de les sérier, en distinguant les publics (enfants, juristes, érudits...) et les usages (scolaire, jeux, ouvrages de référence, éditions génétiques, encyclopédies...) pour en constituer une typologie."

Le livre électronique : réflexion de prospective. CNRS, 2000

Bandes dessinées numériques

EspritBD : LE dessinateur, c’est VOUS ! [BDPlay]

« Apparus quasiment au même moment que le phénomène de blogging, les blogs BD se sont très rapidement popularisés sur la toile et on en voit apparaître des dizaines tous les jours, parfois même de grande qualité. Preuve en est que les artistes les plus talentueux ne sont pas toujours là où on le croit… »

Tryandplay.com, le 19/01/2012

La BD : livre numérique le plus piraté

« Les livres numériques n'échappent pas plus au piratage que les vidéos, films et fichiers musicaux, même si cette pratique est un peu moins populaire. La catégorie de livres numériques la plus prisée des pirates sur Internet est la bande dessinée. »

Lesnumériques.com, le 23/01/2012

Livres numériques: la bande dessinée dématérialisée est-elle au rendez-vous ?

« Avec l'arrivée en France du Kindle et le développement de la concurrence dans l'Hexagone et ailleurs, 2011 a clairement été l'année du livre électronique. Mais si, dans ce milieu, romans et autres essais semblent avoir la part belle, qu'en est-il de la bande dessinée ? Une question qui méritait bien une petite enquête.

Clubic.com 28/12/2011

Comics numériques : un succès dû aux tablettes ?

"La lecture de comics en version numérique se développe de plus en plus aux États-Unis. Selon Milton Griepp, un analyste, même s'il est difficile d'avoir des chiffres exacts les ventes de comics numériques ont plus que doublé entre l'été 2010 et l'été 2011."

ActuaLitté, 02/12/2011

BD numérique : c'est parti !

"La BD numérique dispose d’ores et déjà de tous les signes d’une révolution en marche : des auteurs prêts à se lancer dans l’aventure, de jeunes dessinateurs plein d’idées nouvelles, des éditeurs qui commencent à réfléchir aux nouveaux challenges adressés par l’ouverture numérique du monde de la BD… La planète bande dessinée est donc en ébullition, même si, comme dans toute révolution, tout est encore à définir, à comprendre et à imaginer."

Creanum.fr, 30/11/2011

Le comics numérique plus proche de la vision de l'auteur que l'imprimé

"Mike Romo, journaliste spécialisé dans le comics, s'est mis à la lecture de comics sur iPad, il y a un mois et a tenu à partager son engouement pour cela. Il était pourtant sceptique dans un premier temps, se demandant notamment si les dessins seraient aussi appréciables vus sur un écran et si la sensation du papier ne lui manquerait pas."

Actualitté.com, 27/11/2011

 

 

Une vidéo non dénuée d'humour

Book : un produit révolutionnaire !  

Pour prendre un certain recul. C'est en espagnol mais même sans en avoir fait, on arrive à suivre...

Urfist de Nice

Usages nomades

Mobilité

De nombreux penseurs, sociologues et urbanistes contemporains se sont penchés sur le concept de mobilité.

Quelques réflexions sur la mobilité numérique et l'urbanisme
Avec le numérique, la mobilité change d’échelle dans le temps et l’espace, et donc de définition. Les technologies numériques permettent un continuum informationnel qui rend plus riche et dense les déplacements. Le domicile n’est plus suffisant pour définir son territoire. Le territoire de vie devient le territoire de la mobilité, constitué de parcours vivants, interactifs, et d’archipels. La mobilité numérique vient entrelacer la mobilité physique. Ainsi la mobilité n’est plus un concept basé seulement sur le mouvement physique, mais un potentiel qui permet des choix à condition de maîtriser suffisamment les informations et les moyens de les acquérir."

Ville et numérique, 12/03/2009

Interview d'Eric Orsenna
C’est le rêve de Borges qui devient réalité...
Pionnier de l’aventure du livre électronique, l’écrivain analyse l’avenir de l’édition face à ce qui lui apparaît comme une formidable révolution technologique.
"... L'e-book est un outil extraordinaire pour ceux qui, comme moi, aiment à la fois le livre et le voyage. Vous avez tous les livres dans un seul livre. C’est le rêve de Borges qui devient réalité : une bibliothèque de Babel à portée de la main, que vous soyez au large du cap Horn ou au fin fond du Kamchatka..."

Challenges, 14/03/2008

A l'étranger

Grande Bretagne

Les jeunes "préfèrent lire sur écran"

Selon une étude britannique réalisée par le National litterary Trust, dont les résultats ont été publiés le 16 mai 2013 sur BBC News, les jeunes préfèrent davantage lire sur écran que sur papier. 35 000 jeunes de huit à 16 ans ont participé à cette étude. Ainsi parmi les personnes interrogées :

  • 52% préfèrent lire sur écran et  32% sur support imprimé, le reste n'ayant pas d'opinion ou préférant ne pas lire du tout ;
  • 39% des jeunes lisent chaque jour sur les écrans, contre 28% sur support imprimé ;
  • environ un tiers des jeunes interrogés lisent des fictions à l'écran,  dont  23% sur leurs smartphones, mais 53% lisent encore des romans sous forme imprimée ;
  • 41% lisent fréquemment des journaux en ligne.

BBC News, 16/05/2013