Livre numérique

6. Aspects socio-économiques

Marché de l'édition numérique

En 2011

En France 

2012 : la qualité d’abord

« Le Data Conversion Laboratory est une société commerciale américaine spécialisée dans la numérisation qui travaille notamment pour de nombreux éditeurs américains. Cette société vient de rendre public un intéressant sondage réalisé auprès de 411 éditeurs américains (voir le communiqué de presse et le détail d'une partie des réponses (.pdf)). 70 % des éditeurs estiment que la qualité est la chose la plus importante à laquelle ils doivent veiller. »
lafeuille.blog.lemonde.fr, 28/12/2011

Marché de l'ebook : 5,4 milliards d'euros en 2015 ?

« La société d'analyse de marché IDate vient de publier une étude donnant pour prévision que le marché du livre numérique pourrait peser 5,4 milliards d'euros en 2015 à l'échelle mondiale. »
actualitte.com 23/12/2011

Le livre numérique passera-t-il à une TVA à taux réduit?

"Mardi, Frédéric Mitterrand s’en félicitait: la TVA sur le livre numérique devrait passer de 19,6 à 7% au 1er janvier. Selon le ministre de la Culture, la commission européenne devrait acter cet abaissement ce mercredi."

20 minutes.fr, 07/12/2011

Bookeen affiche un chiffre d’affaires en hausse de 2 537 % depuis 2006

"Le prestigieux palmarès Deloitte Technology Fast 50, qui récompense les entreprises technologiques connaissant les plus fortes croissances vient de classer Bookeen 4ème de ce palmarès. Cette position dans le classement récompense ainsi une augmentation de son chiffre d’affaires de 2537% en 5 ans"

L'actu des EBooks, 05/12/2011

Livre numérique : le groupe Rakuten rachète le canadien Kobo

"Le groupe de distribution en ligne japonais Rakuten, a annoncé, mercredi 9 novembre, l'acquisition pour 315 millions de dollars (228 millions d'euros) de la société canadienne Kobo, qui fournit des liseuses électroniques et des livres numériques à des sites de libraires."

Le monde.fr, 09/11/2011

«Le livre électronique va exploser»

" En 2010, il s'est vendu en France 27 000 liseuses, pour un chiffre d'affaires de 5,1 millions d'euros selon GfK. Pour 2011, l'institut avance une estimation de 92 000 unités pour un chiffre d'affaires de 11,2 millions d'euros."

Le Figaro.fr, 02/12/2011

Livre numérique : la loi garantira la diversité éditoriale et culturelle

"La publication au journal officiel, ce 11 novembre dernier, de la loi relative au prix du livre numérique a déjà été saluée par le ministre de la Culture. Selon la rue de Valois, cette législation « favorisera le développement d'une offre légale de livres numériques abondante et attractive pour le lecteur »."

ActuaLitté.com, 17/11/2011

Hausse de la TVA : Nicolas Sarkozy, seul contre tous?

"Nicolas Sarkozy s’opposerait-il à la Commission européenne pour mettre en œuvre son plan de rigueur sur le livre ? Face aux nombreuses critiques suscitées par l’annonce de la hausse de la TVA de 5,5% à 7% pour les livres papier, le président de la République a tenu à justifier, vendredi 18 novembre lors du 4e Forum d’Avignon, l’action de son gouvernement : "Paradoxalement, cette hausse protège le secteur, car tous les professionnels ont compris qu'il était de leur intérêt de contribuer à l'effort de réduction des déficits", a-t-il expliqué."

Myboox.fr, 22/11/2011

Sarkozy impose la baisse de la TVA sur l'e-book

«À partir du 1er janvier, nous allons appliquer le taux de TVA réduit de 7 % sur les livres numériques car il n'y a aucune raison qu'un même bien culturel soit taxé différemment s'il est sur un support physique ou numérique. J'espère que la Commission européenne ne s'opposera pas à cette initiative.» L'alignement du taux de TVA entre le livre physique et le numérique (actuellement taxé à 19,6 %) est l'aboutissement d'un combat de plusieurs années. Bruxelles y a longtemps été opposé, mais, jeudi, le Parlement européen a demandé à la Commission d'égaliser les deux taux.
Nicolas Sarkozy est déterminé à aller au bout de la logique et veut aligner la TVA à taux réduit pour tous les biens culturels.»

Le Figaro, 18/11/2011

La loi sur le prix unique du livre numérique entre en application

«Promulguée le 29 mai 2011, la loi sur le prix unique du livre numérique peut désormais entrer en application. Frédéric Mitterrand a en effet fait paraître au Journal Officiel le décret n° 2011-1499 du 10 novembre 2011, qui était obligatoire pour que la loi entre véritablement en application.
Unique au monde, et l'on devine pourquoi, la loi sur le prix unique du livre numérique oblige tous les éditeurs de livres situés en France à fixer le "prix de vente au public" des versions numériques des livres qu'ils éditent, et oblige tous les marchands à s'y conformer dès lors qu'ils vendent des livres à des acheteurs situés en France (théoriquement, la loi pourrait donc s'appliquer aussi aux sites internet étrangers de livres électroniques qui vendent des livres français aux internautes français).»

Numerama, 14 novembre 2011

Décret n° 2011-1499 du 10 novembre 2011 pris en application de la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique

«Publics concernés : personnes établies en France qui éditent des livres numériques dans le but de leur diffusion commerciale en France, personnes proposant des offres commerciales de livres numériques à des acheteurs situés en France.
Objet : prix du livre numérique.
Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.
Notice : le décret précise les caractéristiques des livres numériques entrant dans le champ d'application de la loi n° 2011-590 du 26 mai 2011 relative au prix du livre numérique. Il définit les critères permettant à l'éditeur de fixer des prix différents pour une même œuvre commercialisée sous forme numérique (contenu de l'offre, modalités d'accès, modalités d'usage). Il détermine les modalités qui s'imposent aux éditeurs et aux détaillants pour le marquage des prix et leur communication au consommateur final.»

Journal officiel, 11 novembre 2011

Christian Gallimard et l’avenir du livre… numérique

Un entretien avec Christian Gallimard dans l'émission Presque rien sur presque tout de RTS qui aborde la problématique de l'avenir du livre à l'ère du numérique.
« Que sera demain le livre classique, le livre papier, quand le livre numérique sera accessible partout ? Et d’abord, qu’est-ce que le… numérique ? Ne faudrait-il pas parler d’œuvre numérique dans la mesure où une même œuvre réunira du texte, de l’audiovisuel, des jeux, des moteurs de recherche. Mais le numérique: trop cher ? Trop compliqué ? Que va-t-il changer pour l’éditeur, le libraire, l’auteur ? »

RTS.ch, 11/11/2011

Le prix unique du livre numérique est définitivement voté

«Le Parlement a définitivement adopté mardi soir, 17 mai, par un ultime vote -quasi unanime- de l'Assemblée nationale, une proposition de loi UMP sur le livre numérique, qui prévoit que l'éditeur français fixe un prix valable pour les diffuseurs non seulement en France mais aussi à l'étranger.
Cette dernière disposition, dite "clause d'extra-territorialité", est contraire à la législation européenne, a fait valoir Lionel Tardy (UMP), seul député à avoir voté contre ce texte initié par ses collègues sénateurs UMP.»

L'Expansion.com, 13/05/2011

Livre numérique : le prix unique devrait s'appliquer aux éditeurs étrangers

«Réunis en Commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs), les élus se sont donc entendus. Désormais, le prix d'un livre numérique fixé par les éditeurs « sera imposé aux personnes proposant des livres numériques aux acheteurs situés en France ». Du coup, les plateformes étrangères mais également les libraires indépendants seront sur un pied d'égalité tarifaire. Malgré cette avancée, demeure la question de la TVA. En principe, les ouvrages numériques seront soumis dès le 1er janvier 2012 à un taux de TVA de 5,5 % (réduit) et non de 19,6 % (plein) conformément à la loi de Finances pour 2011. Pourtant, selon Les Echos, l'Union européenne pourrait critiquer cette décision. En effet, à partir de 2015, une directive européenne devrait modifier les prélèvements au titre de la TVA entre les différents pays de l'Union. Désormais, la TVA applicable sera celle du pays du consommateur et non plus celle du pays où réside la plateforme (Irlande ou Luxembourg). Si cette disposition venait à s'appliquer, la réduction du taux de TVA (5,5 %) ne serait alors plus justifiée et pourrait ainsi constituer une entrave à la libre concurrence… »

Clubic.com, 04/05/2011

Aujourd’hui, le livre numérique existe-t-il ou est-il encore en devenir ?

"Chercheur à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Frédéric Kaplan a fondé en 2008 une société spécialisée dans les nouvelles interfaces gestuelles de notre horizon numérique : OZWE. C’est au sein de cette jeune pouce et en partenariat avec une agence de design, Bread and Butter, qu’il a donc inventé le « bookapp », c’est-à-dire un « livre application » adapté aux supports de lecture de l’âge des smartphones et des tablettes tactiles, de l’Internet et de l’interactivité." Il répond aux questions d'Orange "sur ce qu’est aujourd’hui et ce que pourrait être demain le livre numérique".
"Nous sommes dans une situation proche des premières années de l'imprimerie. Les technologies de base pour concevoir et produire des livres numériques se mettent doucement en place. En revanche, la chaîne du livre doit se reformer selon de nouvelles modalités. Auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires doivent réinventer leur rôle et leur savoir-faire. Du coup, le métier le plus intéressant à exercer dans ce monde en mutation est, il me semble, celui d'imprimeur"...

Orange, 23/03/2011

L'édition ouvre la page du numérique : L'irruption du numérique bouleverse un secteur très solide

« En 2015, 15% à 20% des Français seront équipés pour basculer au numérique, selon le cabinet Bain… D'où l'agitation autour du prix du livre numérique. Le gouvernement plaide pour une extension de la loi Lang de 1981, qui institue un prix unique. La proposition de loi en discussion au Parlement n'a pas encore statué sur l'application de cette règle aux achats effectués auprès de diffuseurs établis à l'étranger, tels Amazon ou Apple. Les deux chambres ne s'entendent pas. Une deuxième lecture est prévue au Sénat le 29 mars. »
Parallèlement, Frédéric Mitterrand s'est engagé à défendre à Bruxelles l'extension du taux réduit de TVA à 5,5% appliqué en France sur le livre papier au livre numérique à partir de 2012.

Le Figaro, 19/03/2011

Dans le monde

Suisse : les livres numériques vendus 50 % moins cher

"Désormais, la Suisse s'engouffre elle aussi dans la lecture numérique, avec de notables avantages pour les consommateurs du pays. Législation sur le prix unique oblige..."

ActuaLitté.com, 06/11/2011

Le livre électronique se vend mieux que le livre de poche aux Etats-Unis

«Le marché du "livrel" ou livre électronique poursuit son essor. Pour la première fois, cette catégorie devance le livre de poche traditionnel en nombre de ventes, selon l'association des éditeurs américains (AAP). En février, les Américains en ont achetés 90,3 millions, contre 81,2 millions de livres de poche. En un an, les ventes numériques ont augmenté de 202 %.»

Le Journal du Net, 19/04/2011

Bataille autour du contrôle du livre numérique

« Selon une étude de l'Idate qui sera présentée au salon [du livre], l'e-book devrait représenter 17 % du marché mondial de l'édition en 2014, soit un peu plus de 4 milliards d'euros, contre moins de 1,5 milliard en 2010… En France, pour tenter de réguler le marché du livre numérique, le Parlement a décidé d'étendre la loi Lang sur le prix unique du livre physique à l'e-book... Le texte voté par les députés n'impose le prix unique du livre qu'aux seules plates-formes françaises et non à celles opérant à partir de l'étranger, Amazon, Apple et bientôt Google Edition. Même si toutes ces questions sont rapidement réglées, le marché de l'édition risque de rencontrer de sérieuses difficultés après 2015, prévient l'étude de l'Idate… Dans cinq ans, la population sera largement équipée de tablettes numériques. Alors les lecteurs occasionnels, qui ne lisent que qu'un ou deux livres par an et uniquement des best-sellers, basculeront dans le numérique. Or, les best-sellers pèsent entre un quart et un tiers des ventes de livres physiques et assurent l'intégralité de la rentabilité des éditeurs. La transformation du best-seller d'objet physique en fichier numérique laissera un gros trou dans les comptes des éditeurs. »

Le Figaro, 17/03/2011

Le marché de l'ebook alimente celui du livre papier

"Chez les répondants d'une étude du Book Industry Study Group, chez les possesseurs d'un lecteur book, seuls 27 % d'entre eux achètent moins de livres de poche, contre 25 % qui se procurent moins dehardbacks. En revanche, leurs achats en matière d'ebooks ont augmenté de 40 %...
4 % des utilisateurs ont acheté plus de [livres reliés] hardbacks et 2 % achètent un nombre croissant de livres de poche. Une manière de considérer qu'il n'existe pas un marché du P et un autre du E, mais bien deux pans dans un monde unique. "

ActuaLitté, 16/03/2011