Livre numérique

6. Aspects socio-économiques

Marché de l'édition numérique

En 2016

«Marché du livre en France – Chiffres clés papier et ebooks (2015)»

«Lors de l’Assemblée générale du Syndicat national de l’édition (SNE) du 30 juin, Vincent Montagne, réélu président, a présenté les chiffres de l’édition française pour l’année 2015.» Ce rapport souligne la progression du livre numérique.

IDBOOX, le 01/07/2016

«Le livre numérique en France : 2015, croissance et perspectives»

«En France, 6,5 % du chiffre d’affaires est réalisé dans les ventes de livres numériques, soit 163,8 millions €. Si le secteur est toujours loin du chiffre d’affaires observés dans les pays anglo-saxons, les éditeurs constatent une progression évidente, avec quelques nuances malgré tout. En effet, les ventes grand public génèrent 63,2 millions € – encore loin d’être significative, donc.»

ActuaLitté, le 01/07/2016

«Droits numériques : quand les auteurs prennent leur livre en main»

«Le modèle numérique de commercialisation des livres a apporté de nouvelles solutions de diffusion aux auteurs. Le canal unique de l’édition s’est étendu – tordons le cou tout de suite à la honteuse pratique de l’édition à compte d’auteur, telle qu’elle a être pratiquée par des sociétés peu scrupuleuses. La connexion entre l’auteur et le lecteur est devenue une nécessité, dans la constitution d’une communauté, et renverse passablement les normes anciennes.»

ActuaLitté, le 13/06/2016

«Focus sur les ventes d’ebooks en Allemagne»

«L’association des éditeurs et libraires allemands a communiqué quelques chiffres sur le marché du livre numérique pour le début de l’année 2016. Premier constat le volume des ventes augmente mais les revenus baissent, c’est à peu près la même situation qu’aux USA et en Grande Bretagne.»

IDBOOX, le 06/06/2016

«2015 aux États-Unis : le livre numérique, format des petits éditeurs et des indépendants»

«L'information n'est pas une surprise au vu des différents rapports financiers et études de marché qui ont jalonné l'année : aux États-Unis, la part des livres numériques dans les ventes totales d'ouvrages a diminué, sauf chez les auteurs indépendants et les petites maisons d'édition. La politique des prix des Big 5, ces grands groupes d'édition américains, est à l'origine de ce recul plus vraiment inattendu.»

ActuaLitté, le 06/06/2016

Pourquoi les Français boudent le E-book

«La France est le troisième pays européen au plus gros tirage littéraire. Un marché stratégique que le livre électronique ne parvient pourtant pas à percer. En 2007, lorsqu'Amazon a lancé Kindle, sa première liseuse électronique, tous les analystes prédisaient une nouvelle révolution d'usage pour l'industrie littéraire. Le portail américain Statista planifiait même que les ventes d'E-books dépasseraient celles des livres papiers en 2017. Près de dix ans plus tard, force est de constater que la réalité est toute autre. Le bon livre papier fait de la résistance et détient toujours la préférence des lecteurs, en particulier en France, révèle la dernière étude de Tiendeo (portail en ligne leader en recensement de catalogues), intitulée "La bataille du E-book en France" et publiée début mai.»

Challenges, le 07/05/2016

TVA ebooks : un plan d’action qui plaît aux éditeurs

« C’est la fin d’un bras de fer qui a opposé pendant plusieurs années les éditeurs de plusieurs pays et l’Europe. Le taux de TVA réduit sur le livre numérique n’était pas du goût de l’UE. Depuis le 7 avril, il semblerait que cette aberration tend à ne devenir qu’un mauvais souvenir. »

IDBOOX, le 08/04/2016

Deux lecteurs français sur trois paient pour lire des livres numériques

«Payer n'est pas un réflexe rare chez les lecteurs d'ebook. Pourtant, encore un tiers d'entre eux n'ont jamais déboursé un centime pour lire un livre numérique.Deux lecteurs français sur trois ont déjà payé pour lire un livre numérique, apprend-t-on dans une infographie réalisée par notre partenaire Statista. Ce dernier compile les informations en provenance d'un étude réalisée par l'Ifop, Hadopi et le GLN pour identifier la perception et les usages du livre numérique.Ils sont toutefois à peine 9% à avoir lu un livre numérique le plus souvent ou exclusivement de manière payante. 60% consomment en revanche les livres numériques le plus souvent ou exclusivement gratuitement.»

JDN, le 12/04/2016

 

Les promesses non tenues du livre numérique

«La foire de Francfort est la Mecque de l’édition mondiale. Il y a dix ans, les éditeurs qui s’y rendaient étaient assaillis d’annonces de rencontres et de séminaires réunissant les meilleurs spécialistes de la prospective et dont l’objet était de fixer le calendrier de remplacement du livre papier par le livre numérique. Pour certains, c’était l’affaire de cinq ans. D’autres, plus prudents, prévoyaient une fourchette de dix à quinze ans. Tout le monde s’accordait avec une certaine inquiétude sur le fait que le grand vainqueur de cette révolution culturelle serait Amazon. Comme c’est souvent le cas dans l’univers du numérique, les prévisions n’ont pas été confirmées par les faits. En 2016, l’e-book traverse une passe difficile et les maisons d’édition s’interrogent sur son avenir qui semble très incertain.»

Telos, le 15/04/2016

A propos de la concurrence dans le marché du ebook en France

«La DGCCRF a mené une enquête dont l’objectif était de s’assurer de la « loyauté des relations commerciales entre les opérateurs du secteur du livre numérique ». Globalement le rapport d’enquête est positif, toutefois, les anomalies constatées portent principalement sur les règles de facturation et les délais de paiement.La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a donc tenté de déterminer les conditions des relations contractuelles entre les différents opérateurs du livre : éditeurs, diffuseurs/distributeurs et e-libraires, qui se confondent parfois en un seul et unique acteur.»

IDBOOX, le 18/04/2016

Aux Etats-Unis, le livre numérique est en déclin" (PDG d'Hachette)

«Arnaud Nourry est revenu sur le livre numérique, dont la montée en puissance a été particulièrement forte ces dernières années dans les pays anglo-saxons avant que la courbe ne s'inverse. Ce phénomène s'est arrêté depuis deux ans environ, aux Etats-Unis, et on observe désormais un déclin. Au fond, je me demande si les lecteurs numérique ne se demandent pas à quoi ça sert". Selon Arnaud Nourry, aux Etats-Unis les ventes se répartissent "à 25% pour le numérique, 75% pour le papier".»

France Info, le 16/03/2016

Les tendances de l’autoédition en France (ebook, livre papier)

«Book On Demand (BOD) en association avec Edlilivre ont publié les résultats d’une étude réalisée auprès de 926 auteurs indépendants en France. Objectif de ce sondage : prendre le pouls et les tendances de l’autoédition en France. Si cette étude était ouverte à tous les auteurs, il semblerait que la majorité des répondants soient issus de l’écosystème des deux entreprises, donc, ces chiffres ne révèlent pas forcément ce que « pensent » la majorité des auteurs ayant choisi la voie de l’autoédition, mais ils sont un bon indicateur sur les tendances liées à l’autoédition.»

IDBOOX, le 14/03/2016

Livre numérique : quels enjeux pour le secteur jeunesse ?

«À l’heure où le numérique investit le monde de l’édition, tous genres confondus, un secteur semble offrir de multiples possibilités en termes d’accompagnement du livre par le numérique : celui du livre jeunesse.»

ActuaLitté, le 24/02/2016

La résistible ascension du livre numérique
«Mais que se passe-t-il dans la galaxie des livres numériques ? Alors que les prédictions allaient bon train sur la mort du livre papier, bientôt supplanté par les ventes d’e-books, les évolutions actuelles semblent plus contrastées. Certes, des pans entiers de l’édition ont déjà basculé au niveau mondial, comme le secteur des encyclopédies et des dictionnaires, suivi par les livres scientifiques ou juridiques. De même, la fin des manuels, qui constitue un enjeu économique majeur pour l’édition scolaire, pointe à l’horizon. Mais pour la littérature générale, le livre papier, objet nomade et durable par excellence, fait de la résistance.»
M économie, le 23/02/2016
Ebooks – Education : Amazon et Canopé proposent aux profs de s’autoéditer

«Kindle Direct Publishing, le service d’autoédition d’Amazon et Réseau Canopé, opérateur public du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, annoncent le lancement d’ateliers dédiés à l’autoédition. »

IDBOOX, le 09/03/2016

Orange reconnaît l'abandon du projet MO3T

«La norme permettant la gestion des droits attachés aux livres numériques fonctionne mais les conditions nécessaires au lancement commercial du projet n'ont pas été réunies regrette l'opérateur de télécommunication. David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus d'Orange, explique les raisons de cet abandon. "Les conditions qui devaient permettre la réalisation commerciale du programme MO3T n'ont pas été trouvées, et Orange a jugé préférable de ne pas donner suite à ce projet", déclare David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus d'Orange. "Le consortium devait réunir l'ensemble des acteurs du marché, mais cette condition n'était pas remplie", regrette-t-il dans un entretien à Livres Hebdo. Le projet MO3T (pour "Modèle ouvert 3 tiers") prévoyait d'organiser un système de gestion de droits attachés aux livres numériques, afin qu'un acheteur puisse retrouver et conserver ses ebooks quel que soit son fournisseur d'accès, son terminal de lecture, son libraire numérique. D'autres fonctions étaient prévues, comme le prêt ou le cadeau de livres numériques. Il s'agissait d'assurer une interopérabilité complète des livres numériques, tout en les protégeant du piratage avec une technologie plus fluide que les DRM.»

Livreshebdo.fr, le 22/02/2016
Le prix unique du livre numérique est désormais une réalité en Allemagne

«Les éditeurs allemands déploraient l'absence de mesures de fixation du prix sur les livres numériques, contrairement au livre papier. Concrètement, le Börsenverein, association des éditeurs et libraires allemands, avait déjà passé le message, et les revendeurs risquaient, s'ils baissaient imprudemment le prix des ebooks, des actions en justice de la part de l'organisation professionnelle. Laquelle se réjouit de l'amendement à la loi sur le prix unique du livre.»

ActuaLitté, le 04/02/2016

La médiatrice du livre fait le point

Suite aux auditions accordées aux divers opérateurs la médiatrice du livre établit un premier bilan sur le travail de mise en conformité des offres d'abonnement qui n'étaient pas compatibles avec la législation sur le prix du livre.

IBOOX, le 02/02/2016

«Étude : le livre numérique a compensé la baisse des revenus du livre physique»

«Les prochaines rencontres internationales du Forum d’Avignon se rapprochent, les 31 mars et 1er avril prochains à Bordeaux, et, en attendant, le cabinet Kurt Salmon, collaborateur de longue date du think tank culturel, propose une étude consacrée à l'hybridation numérique de la filière culturelle. Pour faire simple, elle consiste en un examen des manières de transformer l'essai numérique en perspectives économiques.»

ActuaLitté, le 27/01/2016

«Qui veut la peau du livre numérique ?»

«Enquête sur le marché de l'ebook : L’ebook va mourir ! Mais si, vous l’avez lu un peu partout dans la presse il y a quelques semaines. Les études le prouvent : le marché du livre numérique serait au point mort quand le livre papier reviendrait en force. Pour certains, l’affaire est pliée, le bon vieux bouquin a gagné et la technologie a perdu. Enfin ça, c’est ce que certains aimeraient croire. Sans doute un peu parce que ça les arrange. »

Numerama,