Les métamorphoses du livre... numérique

Bibliographie - sitographie

Lectures, réécritures, interprétation

2013

JEANNERET Michel, KAPLAN Frédéric, SUCIU Radu. Le lecteur à l'oeuvre. Gollion (Suisse) : Infolio, 2013.

Extrait de la présentation de l'ouvrage sur le site de l'éditeur : « Ce livre montre comment un texte vit et change par l’intervention de lecteurs qui se l’approprient et le transforment. Il illustre les manières - corriger, commenter, illustrer, éditer, annoter, manipuler… - dont les destinataires interviennent dans le livre, y inscrivent leur marque et lui impriment des sens inédits, une actualité nouvelle. »

TERWAGNE Serge, VANHULLE Sabine, LAFONTAINE Annette. Les cercles de lecture : interagir pour développer ensemble des compétences de lecteur. Bruxelles : De Boeck, 2013.
Présentation sur le site de l'éditeur : « De la théorie et de la méthodologie pour mettre en place un dispositif de « cercle de lecture » utile et enrichissant où les élèves du primaire apprennent à interpréter et à construire ensemble des connaissances à partir de textes littéraires ou d'idées.»

 

2012

CITTON, Yves. Traiter les données : entre économie de l’attention et mycélium de la signification. In Multitudes, n° 49. p. 143 - 179.
Résumé sur le site Cairn.info  :
«Le traitement des big data (bases de données de grosse taille) pose un défi à nos intelligences collectives. Il nous contraint à inventer une autre économie de l’attention, à redéfinir la notion de « pertinence » (et d’impertinence), à nous doter d’une conception plus fine, plus souple et plus vivace de la « signification ». Cet article suggère que c’est du côté de la façon dont la littérature gère la polysémie que nous devrions chercher de quoi faire face à tous ces défis. »
http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=MULT_049_0143

 

2011

BELLEMIN-NOËL, Jean. «Lire de tout son inconscient». Saint-Denis : Presses universitaires de Vincennes, 2011. 272 p. (Essais et savoirs).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Prenez un tableau de Picasso, un conte de Maupassant, un poème d'Apollinaire, trois romans (Balzac et Colette), deux pièces inclassables (Valéry et Quignard), un récit populaire coréen. Tendez ensuite l'oreille vers l'inconscient actif au coeur des oeuvres d'art et d'elles seules, sans vous préoccuper de la psyché secrète des artistes. Vous pourrez alors entrevoir cet indicible dont la présence assure une grande part de la jouissance que l'on ressent à lire un ouvrage littéraire et qui incite à parler de sa réussite ou même de sa beauté.»
Voir la présentation de cet ouvrage sur le site Fabula.org et accéder au fichier .pdf de l'introduction : http://www.fabula.org/actualites/j-bellemin-noel-lire-de-tout-son-inconscient_44768.php

DUCOS, Joëlle, GIACOMOTTO-CHARRA Violaine . Lire Aristote au Moyen Age et à la Renaissance : réception du traité Sur la génération et la corruption. Paris, Champion, 2011. 342 p.

FANNY, Renard. Les lycéens et la lecture : entre habitudes et sollicitations. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011. 334 p.

FOURTANIER, Marie-José. « Dislocation et figurativisation dans les dispositifs de lecteurs », [en ligne], in : La lecture sous toutes ses formes : pluralité des supports, des processus et des approches, colloque de l’ACFAS, Québec, 2010. Québec : Revue de recherche en éducation, 2011. Disponible à l'adresse : revue-recherche-education.com/actes/acfas2010/acte4.pdf [Consulté le 10 novembre 2011].

GUILLAUD, Hubert. «Comprendre ce que la lecture sociale impacte». [en ligne]. in Le monde.fr : La Feuille, l’édition à l’heure de l’innovation, 6 octobre 2011. Disponible à l'adresse : http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2011/10/06/comprendre-ce-que-la-lecture-sociale-impacte/ [Consulté le 8 novembre 2011].
Dans cet article Hubert Guillaud analyse les travaux de Marc Jahjah sur la question de la lecture sociale et du partage d’annotations.

GUILLAUD, Hubert. «Pour une anthropologie de la lecture.» [en ligne]. in Le monde.fr : La Feuille, l’édition à l’heure de l’innovation, 6 mai 2011. Disponible à l'adresse : http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2011/05/06/pour-une-anthropologie-de-la-lecture/ [Consulté le 8 novembre 2011].
Dans cet article Hubert Guillaud s'interroge sur ce qu'est la lecture et les modes de partage qu'elle induit,  dans le numérique, mais aussi dans le support papier.

LANGLADE Gérard, MAZAURIC Catherine, FOURTANIER Marie-José (dir.). Textes de lecteurs en formation. Bruxelles : PIE-Peter Lang, 2011. 260 p. (ThéoCrit',n° 3).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : « Dans la suite du Texte du lecteur... 0n trouvera, rassemblées dans le présent volume, des contributions qui toutes se donnent pour objet la lecture en situation scolaire, qu'il s'agisse de celle des élèves, petits et grands (des élèves du premier degré aux étudiants et aux jeunes professeurs en formation), ou de leurs enseignants. Pour ces derniers, il s'avère plus que jamais nécessaire d'admettre que les sujets lecteurs qu'ils sont investissent des parts notables de cette subjectivité dans leur pratique enseignante, apportant et fabriquant, dans l'espace intersubjectif de la classe et à travers les interactions vivantes qui s'y jouent, des textes de lecteurs dont il convient d'explorer la texture.»

LANGLADE Gérard, MAZAURIC Catherine, FOURTANIER Marie-José (dir.). «Le texte du lecteur». Bruxelles : PIE-Peter Lang, 2011. 298 p.. (ThéoCrit').
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Cet ouvrage présente, pour la première fois, une théorisation du texte du lecteur, notion fondamentale au coeur de la réflexion contemporaine sur l'activité créative des lecteurs. Les analyses des expériences de lecture, dans la diversité des contextes, des cultures et des imaginaires, redessinent le champ de la lecture littéraire et renouvellent l'approche critique des oeuvres.»

MACÉ, Marielle. «Façons de lire, manières d'être ». Paris : Gallimard, 2011. 288 p. (NRF Essais.)
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «C'est dans la vie ordinaire que les oeuvres se tiennent, qu'elles déposent leurs traces et exercent leur force. Il n'y a pas d'un côté la littérature, et de l'autre la vie ; il y a au contraire, dans la vie elle-même, des formes, des élans, des images et des styles qui circulent entre les sujets et les oeuvres, qui les exposent, les animent, les affectent. Car les formes littéraires se proposent dans la lecture comme de véritables formes de vie, engageant des conduites, des démarches, des puissances de façonnement et des valeurs existentielles.
Dans l'expérience ordinaire de la littérature, chacun se réapproprie son rapport à soi-même, à son langage, à ses possibles et puise dans la force du style une esthétique.»

Voir la présentation de cet ouvrage par l'éditeur, sur le site Fabula.org : http://www.fabula.org/actualites/m-mace-facons-de-lire-manieres-d-etre_42901.php

MANGUEL, Alberto. Paris : Actes Sud, 2011. 400 p.
Présentation sur le site de l'éditeur : «Né "animal-lecteur" avide de découvrir un récit en toute chose (paysages, cieux, visages, images ou mots), l'homme, confronté au monde changeant et inintelligible qu'habite son espèce, ne cesse de chercher à lui conférer une impossible cohérence. Mais, de même qu'"on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve", l'expérience de l'authentique lecture est toujours celle d'une folle métamorphose : celle d'un moi qui mute sous l'effet d'un texte qui n'est qu'apparemment "fixé" sur une page. Accepter de courir le risque de se perdre à ce jeu reste pourtant le meilleur moyen de devenir plus sage.»
http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/nouvel-eloge-de-la-folie

 

2010

CITTON, Yves. L'avenir des humanités. Économie de la connaissance ou culture de l'interprétation ? La Découverte, 2010. 204 p.
Présentation sur le site de l'éditeur : « En parlant de « communication », de « société de l'information » ou d'« économie de la connaissance », on laisse souvent penser que le savoir se réduit à une masse de données segmentées, isolées, brevetables et commercialisables comme n'importe quelle marchandise.
Devant cette vision appauvrie et sclérosée, Yves Citton renverse la perspective et révise notre imaginaire du savoir. Il montre que les Humanités, souvent considérées comme poussiéreuses voire inutiles, cultivent une compétence incontournable, celle de l'interprétation. »
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-L_avenir_des_Humanites-9782707160096.html

Du corpus scolaire à la bibliothèque intérieure : actes des neuvièmes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature, Bordeaux, 4, 5 et 6 avril 2008. Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2010. 242 p. (Paideia).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Comment les oeuvres sont-elles choisies et mises en relation ? En fonction de quels enjeux ? Et comment les élèves et les étudiants se les approprient-ils ? Telles sont, entre autres, les questions abordées dans cet ouvrage pour définir la littérature scolaire, comprendre les transformations de ses pratiques et de ses finalités... Mais, au-delà de cette réflexion, ce qui retient leur attention, c'est l'émergence dans le champ didactique de la notion problématique de « bibliothèque intérieure » qui permet d'approcher la réception des lecteurs, élèves, étudiants ou formateurs, dans ce qu'elle a de plus intime.»

DUCOS Joëlle, THOMASSETClaude, CHAMBON Jean-Pierre (Dir.). Aux origines de la géologie de l'Antiquité au Moyen Age : actes du colloque international, 10-12 mars 2005, Paris Sorbonne (Paris IV). Paris : H. Champion, 2010. 517 p.

 

2009

ROY Max, BRAULT Marilyn, BREHM Sylvain (Dir.) «Formation des lecteurs, formation de l'imaginaire» : actes du Colloque Formation des lecteurs, formation de l'imaginaire, Université du Québec, Montréal, 2005. Montréal : Université du Québec, Déparement d'études littéraires, 2009. 194 p. (Figura, 20.).

 

2008

DUBOIS-MARCOIN, Danielle (Dir.). «Lire La petite sirène d'Andersen : interroger la littérature autrement». Lyon, INRP, 2008. 331 p. (Didactiques, apprentissages, enseignements).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «L'expérience de la lecture d'un même texte, La Petite Sirène d'Andersen, à tous les niveaux de classe et dans divers pays a permis de mettre en dialogue les différentes conceptions didactiques et de les interroger. Comment, aujourd'hui, lit-on un tel texte (que tous croient connaître du fait de l'adaptation de Walt Disney) en maternelle, au collège, au lycée, en France, au Québec, au Maroc, en Pologne, en Italie, en Suède, en Lettonie, ou encore en Belgique ?... Prenant appui sur cette confrontation internationale et sur l'expérience conduite dans une cinquantaine de classes par l'équipe « Littérature et enseignement » de l'INRP, l'ouvrage propose des pistes de réflexion aux formateurs et enseignants : une réelle prise en compte du sujet lecteur et de ses références culturelles, des modalités d'appropriation active et réflexive du texte, « des formes d'évaluation intégrée aux processus individuels de compréhension/interprétation.»

DUCOS, Joëlle. «Traduire la science en langue vernaculaire : du texte au mot» , Science translating, Latin and vernacular Translations of scientific Treatises in Medieval Europe, colloque organisé à la Katholieke Universiteit Leuven, 27-29 mai 2004. Leuven : éd. M. Goyens, P. de Leemans, et A. Smets, Leuven University Press, 2008, p. 181-196.

DUCOS, Joëlle. « La traduction comme mode de diffusion scientifique au Moyen Age ». In :  Traduire la science hier et aujourd’hui, Pascal Duris (dir.). Pessac: MSHA,  2008. p. 11-24.

FOURTANIER, Marie-José. «Lecteurs, imaginaire et pratiques culturelles. Altérité et cyberculture », in Formation des lecteurs. Formation de l’imaginaire, Max Roy , Marilyn Brault et Sylvain Brehm (dir.). Montréal :  Figura, Université du Québec à Montréal, 2008.

 

2007 - 2004

2007

CITTON, Yves. Lire, interpréter, analyser : pourquoi des études littéraires ? Paris : Éditions Amsterdam, 2007. 363 p.

DUCOS, Joëlle. «Savoir en vers, savoir en prose », in : Ecrire en vers, écrire en prose, une poétique de la révélation, colloque international organisé par C. Croizy-Naquet, Nanterre, Université de Paris X-Nanterre, 23-25 mars 2006, Littérales, 41, 2007, p. 229-244.

2006
MACÉ, Marielle. Le temps de l'essai : histoire d'un genre en France au XXe siècle. Paris : Belin, 2006. 361 p. (L'Extrême contemporain).

2005

DUCOS, Joëlle. «De la lecture à l’abrégé de la glose : la vulgarisation du savoir universitaire» . In : La transmission des savoirs au Moyen Age et à la Renaissance. Besançon : Presses universitaires de Franche-Comté, 2005, p. 215-230.

2004

LANGLADE, Gérard, ROUXEL, Annie (dir.). Le sujet lecteur : Lecture subjective et enseignement de la littérature : actes du colloque Sujets lecteurs et enseignement de la littérature, Rennes, Université de Rennes 2 et IUFM de Bretagne, 29,30 31 janvier 2004. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2004.
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Cet ouvrage explore, à partir de points de vue variés, tant scientifiques que didactiques, les espaces de liberté effectifs dont jouissent les lecteurs réels face aux oeuvres qui, pour une bonne part, programment et codifient implicitement la façon dont elles entendent être lues. Il s'agit d'établir, ou tout simplement de décrire, comment se rencontrent, voire s'affrontent les lecteurs implicites et les lecteurs empiriques.»