Les métamorphoses du livre... numérique

Bibliographie - sitographie

Lectures, réécritures, interprétation

2011

BELLEMIN-NOËL, Jean. «Lire de tout son inconscient». Saint-Denis : Presses universitaires de Vincennes, 2011. 272 p. (Essais et savoirs).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Prenez un tableau de Picasso, un conte de Maupassant, un poème d'Apollinaire, trois romans (Balzac et Colette), deux pièces inclassables (Valéry et Quignard), un récit populaire coréen. Tendez ensuite l'oreille vers l'inconscient actif au coeur des oeuvres d'art et d'elles seules, sans vous préoccuper de la psyché secrète des artistes. Vous pourrez alors entrevoir cet indicible dont la présence assure une grande part de la jouissance que l'on ressent à lire un ouvrage littéraire et qui incite à parler de sa réussite ou même de sa beauté.»
Voir la présentation de cet ouvrage sur le site Fabula.org et accéder au fichier .pdf de l'introduction : http://www.fabula.org/actualites/j-bellemin-noel-lire-de-tout-son-inconscient_44768.php

DUCOS, Joëlle, GIACOMOTTO-CHARRA Violaine . Lire Aristote au Moyen Age et à la Renaissance : réception du traité Sur la génération et la corruption. Paris, Champion, 2011. 342 p.

FANNY, Renard. Les lycéens et la lecture : entre habitudes et sollicitations. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011. 334 p.

FOURTANIER, Marie-José. « Dislocation et figurativisation dans les dispositifs de lecteurs », [en ligne], in : La lecture sous toutes ses formes : pluralité des supports, des processus et des approches, colloque de l’ACFAS, Québec, 2010. Québec : Revue de recherche en éducation, 2011. Disponible à l'adresse : revue-recherche-education.com/actes/acfas2010/acte4.pdf [Consulté le 10 novembre 2011].

GUILLAUD, Hubert. «Comprendre ce que la lecture sociale impacte». [en ligne]. in Le monde.fr : La Feuille, l’édition à l’heure de l’innovation, 6 octobre 2011. Disponible à l'adresse : http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2011/10/06/comprendre-ce-que-la-lecture-sociale-impacte/ [Consulté le 8 novembre 2011].
Dans cet article Hubert Guillaud analyse les travaux de Marc Jahjah sur la question de la lecture sociale et du partage d’annotations.

GUILLAUD, Hubert. «Pour une anthropologie de la lecture.» [en ligne]. in Le monde.fr : La Feuille, l’édition à l’heure de l’innovation, 6 mai 2011. Disponible à l'adresse : http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2011/05/06/pour-une-anthropologie-de-la-lecture/ [Consulté le 8 novembre 2011].
Dans cet article Hubert Guillaud s'interroge sur ce qu'est la lecture et les modes de partage qu'elle induit,  dans le numérique, mais aussi dans le support papier.

LANGLADE Gérard, MAZAURIC Catherine, FOURTANIER Marie-José (dir.). Textes de lecteurs en formation. Bruxelles : PIE-Peter Lang, 2011. 260 p. (ThéoCrit',n° 3).
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : « Dans la suite du Texte du lecteur... 0n trouvera, rassemblées dans le présent volume, des contributions qui toutes se donnent pour objet la lecture en situation scolaire, qu'il s'agisse de celle des élèves, petits et grands (des élèves du premier degré aux étudiants et aux jeunes professeurs en formation), ou de leurs enseignants. Pour ces derniers, il s'avère plus que jamais nécessaire d'admettre que les sujets lecteurs qu'ils sont investissent des parts notables de cette subjectivité dans leur pratique enseignante, apportant et fabriquant, dans l'espace intersubjectif de la classe et à travers les interactions vivantes qui s'y jouent, des textes de lecteurs dont il convient d'explorer la texture.»

LANGLADE Gérard, MAZAURIC Catherine, FOURTANIER Marie-José (dir.). «Le texte du lecteur». Bruxelles : PIE-Peter Lang, 2011. 298 p.. (ThéoCrit').
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «Cet ouvrage présente, pour la première fois, une théorisation du texte du lecteur, notion fondamentale au coeur de la réflexion contemporaine sur l'activité créative des lecteurs. Les analyses des expériences de lecture, dans la diversité des contextes, des cultures et des imaginaires, redessinent le champ de la lecture littéraire et renouvellent l'approche critique des oeuvres.»

MACÉ, Marielle. «Façons de lire, manières d'être ». Paris : Gallimard, 2011. 288 p. (NRF Essais.)
Extrait de la quatrième de couverture de la présente édition : «C'est dans la vie ordinaire que les oeuvres se tiennent, qu'elles déposent leurs traces et exercent leur force. Il n'y a pas d'un côté la littérature, et de l'autre la vie ; il y a au contraire, dans la vie elle-même, des formes, des élans, des images et des styles qui circulent entre les sujets et les oeuvres, qui les exposent, les animent, les affectent. Car les formes littéraires se proposent dans la lecture comme de véritables formes de vie, engageant des conduites, des démarches, des puissances de façonnement et des valeurs existentielles.
Dans l'expérience ordinaire de la littérature, chacun se réapproprie son rapport à soi-même, à son langage, à ses possibles et puise dans la force du style une esthétique.»

Voir la présentation de cet ouvrage par l'éditeur, sur le site Fabula.org : http://www.fabula.org/actualites/m-mace-facons-de-lire-manieres-d-etre_42901.php

MANGUEL, Alberto. Paris : Actes Sud, 2011. 400 p.
Présentation sur le site de l'éditeur : «Né "animal-lecteur" avide de découvrir un récit en toute chose (paysages, cieux, visages, images ou mots), l'homme, confronté au monde changeant et inintelligible qu'habite son espèce, ne cesse de chercher à lui conférer une impossible cohérence. Mais, de même qu'"on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve", l'expérience de l'authentique lecture est toujours celle d'une folle métamorphose : celle d'un moi qui mute sous l'effet d'un texte qui n'est qu'apparemment "fixé" sur une page. Accepter de courir le risque de se perdre à ce jeu reste pourtant le meilleur moyen de devenir plus sage.»
http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature-etrangere/nouvel-eloge-de-la-folie