ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Le harcèlement sur internet en questions

La CNIL, constatant actuellement une augmentation des cas de "lynchage" sur internet, apporte, autour de six entrées, des précisions sur ce qu'est le "cyberbullying" ou "cyberharcèlement" , en précise les formes et donne des conseils sur ce que l'on peut faire lorsque l'on en est victime.

La CNIL donne une définition du "cyberbullying" ?

"On utilise ce terme lorsqu’une personne est victime d’humiliations, de moqueries, d’injures, voire de menaces physiques sur un site internet, la traduction en français pouvant être "harcèlement virtuel" ou "cyberintimidation"".

Explicite la forme que prend le harcèlement virtuel

"Le plus souvent, le harcèlement passe par la création d’un sujet de discussion, groupe ou page sur Facebook ou un autre réseau social, visant une personne."

S'interroge sur l'existence d’autres formes de "cyberbullying"

"Tout ce qui est préjudiciable à l’identité numérique d’une personne est considéré comme du harcèlement virtuel. On parle donc aussi de cyberbullying quand une personne se fait pirater son profil (Facebook ou messagerie) par un individu qui envoie des messages en son nom."

Apporte des conseils si l'on est victime de "cyberbullying"

Utiliser les outils proposés par les sites, exercer son droit d’opposition auprès des responsables des sites concernés, s'en référer à la Cnil en cas de difficultés.

S'interroge sur les conséquences  pénales de ces pratiques

Pour elle, les conséquences de ces pratiques peuvent constituer des infractions pénales telle que la diffamation, même s’il n’existe pas pour le moment d’infraction pour "harcèlement virtuel" ou "vol d’identité numérique".

La CNIL enfin est-elle compétente dans ce domaine ?

La réponse est affirmative. "La CNIL aide [les victimes de harcèlement] à obtenir, souvent en urgence, la suppression des propos et photographies qui leur portent préjudice"

Le harcèlement sur internet en questions
CNIL, 02/11/2010