ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Recherche sur Internet : pratiques et outils

Pour commencer, un article de l'INRP fait le point sur les outils de veille. Trois études américaines s'intéressent aux pratiques des internautes (manière d'arriver à l'information, pertinence des nuages de tags, patience devant le design...). Du côté des outils, flash sur Wolfram Alpha qui a été récompensé aux Etats-Unis lors du festival de l'internet South By South West. Et sur Google Earth qui a facilité la découverte d'un australopithèque.

Pour commencer...

  • Un article de l'INRP

Des moteurs de recherche pour une veille plus efficace

Par Rémi Thibert
« Outre la pertinence des mots clés, les fonctions de recherche avancée que proposent certains sites, le recours à des outils divers et complémentaires permet souvent d’obtenir des résultats plus pertinents. D’autant que la diffusion de l’information prend des chemins de plus en plus divers. Les sites d’information « officiels » ou institutionnels comme les sites de journaux, de revues, d’universités, etc. ne sont plus les seuls canaux. Les sites personnels (type blog) de chercheurs ou acteurs reconnus se développent. [...] L’information circule aussi de plus en plus au sein de réseaux sociaux : Twitter (micro blogging), Facebook, réseaux thématiques, etc. Il est donc important d’établir une veille sur ces espaces. Or tous les moteurs de recherche ne le font pas... »
> Moteurs de recherche généralistes
> Rechercher sur les réseaux sociaux
> Et le son ?
> Améliorer son navigateur
> Pour en savoir plus

Ecrans de veille en éducation, 08/04/2010

Pratiques des internautes

  • Trois études d'universités américaines

Missouri School of Journalism

The Effect of Searching Versus Surfing on Cognitive and Emotional Responses to Online News
Wise, K., Kim, H. J., & Kim, J.
« A mixed-design experiment was conducted to explore differences between searching and surfing on cognitive and emotional responses to online news. Ninety-two participants read three unpleasant news stories from a website. Half of the participants acquired their stories by searching, meaning they had a previous information need in mind. The other half of the participants acquired their stories by surfing, with no previous information need in mind. Heart rate, skin conductance, and corrugator activation were collected as measures of resource allocation, motivational activation, and unpleasantness, respectively, while participants read each story. Self-report valence and recognition accuracy were also measured. Stories acquired by searching elicited greater heart rate acceleration, skin conductance level, and corrugator activation during reading. These stories were rated as more unpleasant, and their details were recognized more accurately than similar stories that were acquired by surfing. Implications of these results for understanding how people process online media are discussed. »

Journal of Media Psychology, 21(2), 2009, 49-59

Télécharger : PDF, 11 p.
The Effect of Searching Versus Surfing on Cognitive and Emotional Responses to Online News

La manière d'arriver à l’information détermine la manière de la traiter, intellectuellement et émotionnellement

« Dans une expérience de laboratoire élaborée par trois étudiants de la Missouri School of Journalism, 92 participants, branchés à divers appareils mesurant leur réponse émotionnelle et activité intellectuelle, avaient à chercher des nouvelles correspondant à leurs préoccupations ou encore simplement à regarder des nouvelles sans a priori... »

Thot Cursus, 06/04/2010 (sur abonnement)

Poser un problème rend les apprenants plus actifs dans leur lecture!

« À la suite d'une expérience de laboratoire regroupant 92 étudiants, trois chercheurs ont déduit que naviguer sans but précis sur Internet ne fixe pas l'information en mémoire aussi efficacement que lorsqu'une recherche se déroule en poursuivant un but précis. Les étudiants devaient chercher des nouvelles correspondant à leurs préoccupations ou encore simplement à regarder des nouvelles sans a priori tout en étant branchés à divers appareils mesurant leur réponse émotionnelle et leur activité intellectuelle.

Applicable en enseignement
1. Devant un ensemble d’informations dans un cours, poser un problème ou une question rend les apprenants plus actifs dans leur choix et leur lecture, tout comme le fait de poser une question sur l’application des données après lecture entraînera souvent une relecture.
2. Apparemment, ce que l’on obtient par l’effort (intellectuel) ou l'engagement (émotionnel) a plus de valeur que ce que l’on obtient sans l’avoir cherché ou par simple attirance superficielle. »

EduForm-A (Teluq-uquebec.ca)

Université de Rutgers

Les nuages de tags rendent-ils la recherche plus pertinente ?

« Afficher un nuage de tags en parallèle des listes de résultats sur les moteurs de recherche améliore la rapidité d'accès à une information pertinente, suggère l'université de Rutgers. L'une de ses équipes s'est en effet intéressée aux liens entre la réalisation de tâches et les fonctions cognitives depuis des interfaces de recherche. Pour cela, les scientifiques ont proposé à deux groupes de volontaires de réaliser des recherches. Le premier groupe disposait d'un affichage par liste simple, quand l'autre visualisait à droite de l'écran un nuage de tags. Les clics qu'ils effectuaient ont été enregistrés. [...]
Selon les chercheurs, les internautes auraient ainsi moins confiance dans la pertinence des résultats quand ceux-ci n'apparaissent que sous la forme d'une liste. Et cela quel que soit le profil de l'internaute... »

L'Atelier, 14/04/2010

Université de Carnegie Mellon

La patience de l'internaute dépend en partie du design

Des barres de téléchargements colorées et dynamiques donnent l'illusion d'un temps de chargement plus rapide qu'une barre au graphisme standard. Et rendent l'internaute plus enclin à patienter. Sur un site, la perception du temps dépend aussi du design des outils affichés. Pour une équipe de l'université de Carnegie Mellon, le simple aspect d'une barre de téléchargement peut ainsi faire patienter plus ou moins aisément les internautes. En partant du postulat qu’une barre de téléchargement qui comprend un stimulus (hachure, couleur…) donne l’illusion d’une opération plus rapide, les chercheurs ont demandé à une vingtaine de personnes de comparer une barre au graphisme travaillé à une autre reproduisant un modèle plus standardisé. Alors que la plus sophistiquée prenait davantage de temps pour aboutir à un téléchargement, les participants ont déclaré que la durée de l'opération était similaire dans les deux cas...

L'Atelier, 13/04/2010

Université du Missouri

Sur les réseaux sociaux, la navigation n'est pas dénuée de but

« Les internautes qui naviguent sur les réseaux sociaux le font selon une logique bien déterminée, et n'errent pas sans but d'un profil à un autre. C'est la conclusion d'une étude menée par un scientifique de l'université du Missouri. Celui-ci ne s'est pas limité à interroger des participants sur leur utilisation d'un réseau social, mais a analysé avec précision le comportement et les réactions émotionnelles d'un panel d'internautes naviguant sur Facebook. En leur laissant utiliser la plate-forme collaborative comme bon leur semblait, tout en utilisant un électromyogramme - qui examine les mouvements musculaires faciaux -, le chercheur a établi que les internautes passaient davantage de temps et prenaient plus de plaisir à rechercher des informations précises sur le réseau, plutôt qu'à se laisser porter de façon aléatoire... »

L'Atelier, 26/04/2010

Outils de recherche

  •  Wolfram Alpha

Site

Wolfram Alpha
Wolfram Alpha pour les enseignants

USA : Wolfram Alpha récompensé

« Le moteur de recherche américain Wolfram Alpha, qui permet de trouver la réponse à une question précise, a été récompensé aux Etats-Unis lors du festival de l'internet South By South West (SXSW). [...] A la manière des services de cartographie, qui montrent un endroit sur une carte lorsqu'on tape une adresse, Wolfram Alpha fournit une réponse à une question précise posée en anglais. [...] Lorsqu'il ne trouve pas la réponse, le moteur renvoie vers d'autres sites qui pourront trouver à sa place...
Selon M. Berkowitz, entre 5% et 10% des recherches sur internet portent sur des questions factuelles, ce qui signifie que le marché potentiel de Wolfram Alpha porte sur des milliards de questions quotidiennes. »

Le Figaro / AFP, 15/03/2010

Wolfram Alpha : bientôt un moteur de recherche vraiment intelligent ?

« Quelque part entre un Google amélioré et le célèbre HAL 9000 du film 2001, l’Odyssée de l’espace, ce nouveau logiciel serait capable de fouiller dans le Web non pas pour récolter une série d'informations mais pour formuler des réponses à des questions complexes, écrites en langage naturel. La blogosphère et la Silicon Valley se sont enflammées pour ce Wolfram Alpha, qui ne sortira qu'au mois de mai et dont on ne sait pas grand-chose, mais dont le père est le génial Stephen Wolfram, auteur de l'extraordinaire logiciel Mathematica. Nova Spivack, un talentueux informaticien, a eu la chance de le tester... »

Futura Sciences,  11/03/2009

Wolfram Alpha : beau comme la rencontre du Quid et d’une calculatrice

« Wolfram Alpha, c’est quoi au juste ? Wolfram Alpha n’est pas un moteur de recherche : ce n’est pas un point d’accès à des pages web préalablement indexées.Wolfram Alpha n’est pas une encyclopédie : il ne propose pas un article ou une liste d’articles préalablement rédigés...
Ni moteur de recherche, ni encyclopédie, Wolfram Alpha s’apparente plutôt à une base universelle de données, à laquelle peuvent être soumises des requêtes simples ou complexes.Wolfram Alpha se présente ou se définit comme un computational knowledge engine. Quel mot ou quelle expression concise et évocatrice pourraient convenir pour dire en français ce qu’est Wolfram Alpha ? Je suis personnellement tenté par des expressions telles que calculateur d’information, calculateur de réponse, moteur de réponse ou synthétiseur d’informations... »
- D’où viennent les données utilisées pour les calculs ?
- Un concurrent pour Google ou Wikipédia ?

Cactus Acide, 17/05/2010

Wolfram Alpha prévoit une version française

Pour qui ? Avec quels obectifs ? Les réponses de Russel Foltz-Smith, le responsable du développement.

Wolfram Alpha c'est quoi ?
« ... contrairement à Google, qui accepte n'importe quoi comme requêtes et tente de faire de son mieux pour y répondre, celles acceptées par notre service doivent porter sur des faits objectifs et connus (une entreprise, un pays...) et non pas sur des notions générales (la théorie de la relativité ou l'existence de monstres dans le Loch Ness). Enfin, nos réponses proviennent de bases de données professionnelles où les informations sont vérifiées par nos équipes et non pas récupérées au hasard sur Internet. »

A qui s'adresse Wolfram Alpha?
« A tous ceux qui ont soif de connaissance, à commencer par les scientifiques, les ingénieurs et, bien sûr, les étudiants, qui représentent notre clientèle historique... »

D'où viennent les informations?
« Les données scientifiques de Wolfram Alpha proviennent d'abord de nos propres connaissances, assemblées au cours des 30 années de notre existence, et ensuite complétées par des bases d'informations professionnelles ou publiques, comme l'Encyclopedie Britannica, Wikipedia, les statistiques du gouvernement américains, des Nations Unies, etc. »

L'Expansion, 11/07/2009 

  • Google Earth

Le fossile de Google Earth
Espèces d’Australopithèque Sediba !

« Les paléontologues de l'université de Wits découvrent un hominidé datant de 1,9 million d'années dans le Berceau de l'Humanité, site du patrimoine mondial de l'UNESCO, en Afrique du Sud grâce à Google Earth. [...] En mars 2008, le professeur Lee Berger de l'université de Witswatersrand à Johannesburg a choisi d’utiliser Google Earth pour cartographier plusieurs grottes et dépôts de fossiles, que lui-même et ses collègues avaient identifiés au cours des décennies précédentes. Grâce à cette plateforme, il pouvait partager ces informations avec d'autres chercheurs. En outre, il a utilisé les fonctionnalités 3D de Google Earth afin de localiser de nouveaux dépôts de fossiles en apprenant à reconnaître les grottes sur les images satellites... C'est dans l'un de ces nouveaux dépôts qu'une remarquable découverte a eu lieu, celle d'une nouvelle espèce, l'Australopithèque sediba... »

La Vie Numérique, 09/04/2010

logo educnet

Pour rappel

Dossier documentaire
Rechercher sur Internet : méthodes et outils

Fiches méthodologiques récentes
Afficher les options de Google : roue magique et frise chronologique
Rechercher sur Internet sur un thème : Chapelle sixtine, Michel Ange et Renaissance