ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Télérama - Spécial Innovation : Internet, sons, jeux vidéo, cerveau...

Deux entretiens à signaler : Olivier Bomsel explique en quoi la technologie numérique a créé une écriture universelle. Daniel Kaplan montre que si la technique en révèle trop sur nous - elle peut aussi nous aider à mieux nous construire. Des articles sur les pionniers du jeu vidéo, les scientifiques de l'Ircam et leurs innovations sonores, les réalisateurs de webdocumentaires, les experts du cerveau...

Télérama 3153 Spécial Innovation

Spécial innovation

Télérama, n° 3133 - 16 juin 2010

Ils innovent,
ils recherchent,
ils inventent...
Le monde change

 

Deux entretiens

Olivier Bomsel
La technologie numérique a créé une écriture universelle, estime ce chercheur. Et elle va engendrer une culture et un droit nouveaux.

« Face au déploiement d’internet et de tous les outils numériques... ce chercheur de l’Ecole normale supérieure nationale des mines, à Paris, mobilise un ensemble de savoirs et de sensibilités qui dépassent ses compétences d’économiste : c’est en fait un observateur multicarte qui s’exprime dans son nouveau livre, L’Economie immatérielle, Industries et marchés d’expériences... »

O. B : « Le numérique n’est pas qu’un support technique : sur le plan conceptuel, c’est une écriture, certes minimale et dématérialisée, mais à travers laquelle circule un flux infini d’informations. Il faut bien comprendre que nous sommes dans les premières années du maniement de cette nouvelle écriture. Nous venons tout juste d’assister à la numérisation, c'est-à-dire l’alphabétisation de la population mondiale à cette nouvelle langue faite de 0 à 1…
C’est la première fois depuis trois mille ans qu’on invente un standard de communication mondiale : c’est quand même une grosse affaire !...
Peu à peu, on perdu la mesure de ce qu’était la différence entre correspondance et publication, en laissant publier de l’information qui n’avait pas les caractéristiques de l’information publiable. Or, la fraie valeur d’une information, ce n’est pas son accessibilité mais le fait qu’elle soit encadré, émise par des marques prescriptrices, reconnues – un journal, une radio…»
p. 16-21

Daniel Kaplan
La modernité a-t-elle tué la vie privée ?

Facebook, cartes magnétiques… la technologie en révèle trop sur nous. Mais elle peut nous aider, selon l’expert Daniel Kaplan, à mieux nous construire.
« La logique des réseaux sociaux, c’est que le web lui-même devienne le réseau social. Il n’y aura plus besoin de passer par Facebook et consorts...
On peut chiffrer ses messages, utiliser des techniques d’anonymisation qui permettent de surfer sans laisser de traces, des techniques d’obfuscation, qui consistent à noyer l’information pertinente sous des déluges d’informations qui ne veulent rien dire. Donc, oui, il existe de nombreuses techniques : on pourrait mieux se protéger...
[La] vie privée a une valeur sociale. C’est la base de départ, à partir de laquelle nous pouvons nous projeter vers les autres, en revenir à réfléchir à nos expériences, pour repartir de l’avant. Bref, la valeur de la vie privée, c’est de nous permettre d’avoir une vie publique….
[Pour nous impliquer davantage dans la protection de notre vie] … imaginons qu’à l’école on enseigne non seulement à se prémunir des dangers d’Internet, mais à en tirer tout le parti possible pour ses construire comme individu autonome et socialement inséré, reconnu et apprécié par ses pairs.
p. 48-50

A lire : Informatique, libertés, identités. Daniel Kaplan, FYOP éditions, 142 p.

Articles

Des acteurs en chair et en pixels
« Le métier de comédien mène à tout. Y compris à être scanné et modélisé pour composer les personnages de jeux vidéo sophistiqués. »
p. 22-25

Les scientifiques de l’Ircam : ils remontent le son
Ils transforment les voix, spatialisent la musique et font parler les voitures : les scientifiques de l’Ircam révolutionnent notre environnement sonore.
« A partir d’une même voix, d’une même phrase enregistrée, toutes les humeurs, tous les tons sont possibles : moulinée par les algorithmes créés par ses chercheurs, la parole peut devenir enjouée, triste, sentencieuse, distante, chaleureuse, outrée ou… ivre…. Plus étonnant encore : à partir d’enregistrements anciens, on peut faire dire ce qu’on veut à une voix, notamment à une voix connue… On peut ainsi reconstituer les discours de De Gaulle dont il n’existe pas d’enregistrement… ou donner à entendre la vois d’une personnalité historique dans un cadre inédit… »

La télé devient branchée
« Connecter son écran au Web offrira une foule de services personnalisés. Une nouvelle façon de voir la télé. »
p. 36

Le cerveau, la plus belle des machines
« Imaginez 100 milliards de neurones interconnectés qui déterminent notre mémoire, notre équilibre, notre conscience. Le cerveau est une mécanique évolutive si complexe qu’on le connaît à peine. »
p. 38-42

La conscience Net
« L’agence Upian, fondée en 1998 par le pionnier Alexandre Brachet, se fait une réputation avec des webdocumentaires ambitieux et engagés comme le récent Prison Valley. »
p. 44-46