ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Le livre numérique à l'école

Dans le cadre des animations du premier salon des ressources éducatives 2011 dans l'Académie de Rouen, une table-ronde radiophonique était organisée à la rentrée par le CRDP de Haute-Normandie pour débattre de la place du livre numérique à l'école. Les différents intervenants se sont attachés à définir les fonctionnalités du manuel numérique en particulier avant d'aborder les problématiques liées au modèle économique et à l'évolution des métiers.

Le CRDP de Haute-Normandie organisait son premier salon des ressources éducatives le mercredi 14 septembre 2011 à Sotteville-lès-Rouen (Académie de Rouen). Dans le cadre de cette manifestation était organisée une table-ronde radiophonique (radio R2R des étudiants rouennais) sur la question de la place du livre numérique au sein des établissements scolaires. Le débat animé par Ghislain Chasme réunissait un certain nombre d'intervenants : Raphaël Taieb (responsable du projet Lelivrescolaire.fr), Anthony Lozac'h (enseignant en Histoire-Géographie et auteur de manuels pour Lelivrescolaire.fr), Sébastien Le Plaideur (responsable du projet LIB' - Livre Interactif Belin), Sébastien Hache (co-fondateur de l'association Sésamath), Jacques Beaudoin, Inspecteur de l'Éducation nationale (IEN) et Patrick Le Provost (Sceren/CNDP). 

Les fonctionnalités du manuel numérique

Les personnes présentes s'accordent à dire que le livre numérique correspond à plusieurs types de support : le simple livre numérisé, homothétique et relativement statique, le livre enrichi de contenus multimédia tels que des vidéos, le livre personnalisable et interactif. Avec ce dernier, le livre s'affranchit des barrières de la classe, ce qui le distingue tout particulièrement de sa version imprimée, notamment dans le cadre du développement des espaces numériques de travail (ENT). 

Quel modèle économique ?

Il n'y a pas pour le moment, selon les auteurs, de véritable modèle économique en matière de manuel numérique. Plusieurs pistes sont évoquées en fonction des expériences des différents intervenants (financement des manuels numériques par la vente de la version imprimée, offre de contenus gratuits et libres complétée par des prestations payantes de services et de conseils...). La question du contenu reste cruciale et se heurte souvent à des barrières financières et juridiques. Réaliser un manuel numérique implique de facto un coût important même si désormais les éditeurs conçoivent d'emblée les deux versions.

L'évolution des métiers

Les éditeurs ont appris, selon les intervenants, à internaliser un certain nombre de compétences afin de garantir la pérennisation du manuel qui se doit d'être renouvelé chaque année. Le métier de professeur évolue également ainsi que la posture de l'élève. Le manuel constitue pour l'enseignant un outil parmi d'autres à l'heure du web 2.0 et des services de réseautage social désormais aisément accessibles de manière nomade à partir des téléphones mobiles ou des tablettes. Il n'est plus la seule référence et se doit de composer avec des ressources annexes comme Lesite.tv ou Édugéo. Pour garantir le succès du manuel numérique, il est rappelé que les applications proposées se doivent d'être simples, intuitives et accessibles (authentification unique SSO, pour l'accès aux ressources et services). 

L'usage du manuel numérique est également considéré sous l'angle de la différenciation  pédagogique. Couplé à l'utilisation d'un support nomade, le manuel peut favoriser la mise en place de parcours mieux adaptés aux profils des élèves. Ceux-ci peuvent également constituer des communautés de travail avec d'autres élèves du même établissement ou d'ailleurs et éventuellement issus de cycles différents.


Écoutez les échanges de la table-ronde radiophonique : CANOPÉ académie de Rouen