ATTENTION : ces archives ne sont plus tenues à jour, des liens peuvent être brisés.

Les pratiques et défis de l’évaluation en ligne

Le réseau d’enseignement francophone à distance du Canada (REFAD) propose un dossier très documenté sur les pratiques et défis de l’évaluation en ligne. Il comprend une étude des facteurs de développement de l’évaluation en ligne et des caractéristiques de la pédagogie de l’évaluation, une présentation des pratiques et des modèles d’évaluation, un examen des formes de plagiat et enfin un inventaire des outils utilisables pour l’évaluation en ligne et pour la détection du plagiat et de la tricherie.

Objectifs du dossier

Ce dossier, publié par le REFAD qui réunit les organisations et les personnes intéressées à promouvoir et développer l’éducation en français par le biais de l’éducation à distance, invite à une réflexion sur l’évolution des pratiques d’évaluation de l’apprentissage favorisée par le développement des outils d’évaluation en ligne. Il a été élaboré à partir d’un ensemble de documents relatifs à l’évaluation en ligne et au plagiat. « Cette étude se veut, d’une part, un état des lieux de l’évaluation en ligne, de ses pratiques, des outils, des opportunités et des contraintes liées à l’évaluation et, d’autre part, un examen des questions relatives au plagiat particulièrement dans le cadre de la formation à distance et de l’évaluation sur Internet.
Elle vise d’abord à familiariser les lecteurs avec les différentes facettes de l’évaluation en réseau. Elle souhaite également apporter des informations sur les outils d’évaluation en ligne afin que les formateurs puissent enrichir leurs évaluations grâce au Web. »
Elle comprend quatre chapitres, chacun d’eux apporte des ressources, des conseils ou des témoignages pouvant aider les formateurs à construire leurs propres évaluations.

Les facteurs de développement de l’évaluation en ligne

Ce chapitre montre que plusieurs éléments contribuent à l’intérêt de l’évaluation en ligne et à la croissance de son utilisation : des facteurs sociaux, technologiques et économiques. Ces facteurs incluent une nouvelle vision de la pédagogie de l’évaluation dont ce chapitre explicite en détail les caractéristiques.

Des pratiques et des modèles d’évaluation

« Si les évaluations traditionnelles se limitaient souvent à des examens et à des essais, l’évolution des technologies et des approches pédagogiques a multiplié les formes d’évaluation et mené à une variété considérable de pratiques, particulièrement en ligne. Ce chapitre veut donner un aperçu des possibilités offertes, à la fois en regard des modes d’évaluation les plus usuels et de ceux qui paraissent les plus novateurs, et inspirer les formateurs qui souhaitent développer leurs propres évaluations par Internet. Mais il ne s’agit que d’un aperçu : les outils qui soutiennent l’évaluation en réseau se comptent maintenant par centaines, si ce n’est plus, et les expérimentations qui en résultent ont des caractéristiques extrêmement variées. »

Le défi du plagiat

« Le plagiat et la malhonnêteté scolaire sont des problèmes souvent évoqués en éducation, spécialement ces dernières années, avec l’usage croissant des ressources du Web. Ils constituent des défis particuliers en formation à distance où, pour certains, ils jettent une ombre sur la validité des évaluations et la crédibilité des diplômes. Ils touchent de plus, de diverses façons, tout le champ de l’évaluation en ligne, qu’elle soit utilisée sur campus ou à distance, et sont manifestement des facteurs influençant son adoption.
Ce chapitre... propose, un tour d’horizon de la question. Il décrit d’abord les formes de malhonnêteté présentes, puis l’ampleur du phénomène, particulièrement en formation à distance, ainsi que son évolution et ses causes. Il examine ensuite les divers modes de prévention, de détection et de sanction susceptibles de la contrer. »

Des avantages et d’autres défis

Ce chapitre est consacré aux nombreux avantages mais aussi aux risques associés à l’évaluation sur le Web. Les principaux avantages mentionnés sont : la diversité des évaluations, l’amélioration de la rétroaction, l’emploi d’évaluations plus authentiques, la motivation des apprenants, la qualité de l’apprentissage, la réutilisation des évaluations, la flexibilité et l’accessibilité, la maîtrise des technologies,  un apprentissage progressif, l’apprentissage par l’évaluation ; pour les formateurs et les établissements une nouvelle répartition du temps, l’adaptation de l’enseignement.
Les défis évoqués sont : la sécurité et la fiabilité technique,  l’interopérabilité, les coûts de développement, la formation des utilisateurs, les contraintes organisationnelles.

Parmi les critiques, sont évoquées les compétences évaluées. On reproche en effet souvent aux QCM et autres tests de n’évaluer que la mémorisation. Les questionnaires, bien plus que les simulations, suscitent des critiques en regard des compétences qu’ils peuvent évaluer. Ils sont aussi, ceux qui suscitent le plus de craintes en matière de sécurité et de tricherie. Contrairement aux questionnaires, les simulations permettent de tester des compétences non seulement de plus hauts niveaux, mais aussi des types de compétences difficiles à tester sur campus, particulièrement des savoirs faire.

En complément de ce chapitre, des exercices sur les avantages et défis de l’évaluation en ligne sont proposés.

Inventaire des outils

En annexe de ce document,  un inventaire des principaux logiciels ou autres outils évoqués dans la littérature consultée pour cette recherche a été élaboré. Il inclut d’une part des outils pour l’évaluation et, d’autre part, des outils de détection du plagiat. Les outils pour l’évaluation sont subdivisés en fonction des trois grands groupes de pratiques abordées (évaluations automatisées, activités en ligne, soutien à l’évaluation).

Conclusion

« L’évaluation en ligne est susceptible de transformer non seulement nos façons d’évaluer, mais aussi notre vision de l’évaluation, voire de l’apprentissage.
L’évaluation en ligne sert d’abord les évaluations formatives et diagnostiques ou les intègre dans un processus plus global dont l’évaluation sommative n’est qu’une étape. Elle va bien au-delà des QCM. Les nombreuses applications du Web 2.0 multiplient les activités et modalités d’évaluation et élargissent les types de compétences prises en compte. Elles facilitent considérablement l’évolution vers une évaluation plus authentique, plus collaborative et plus continue que préconisent les nouvelles approches pédagogiques et qui contribuent à contrer  la tricherie. Ce web participatif, formatif, dynamique et personnalisable devient un lieu d’activités qui servent à la fois l’apprentissage et l’évaluation. »

Consulter ce dossier  

Quelques liens en complément :