CR réunion interlocuteurs académiques 2010

CR réunion interlocuteurs académiques 2010

Des propositions pour les TICE en histoire

Utiliser des vidéos numériques dans plusieurs pratiques de classe

atelier 3 vidéo tic.jpg

La multiplication des vidéos numériques en ligne - ressources brutes ou accompagnées pour l'enseignement ou non - est un premier constat. Leur visualisualisation en cours, qui suppose  une éducation à l'image, devient de plus en plus fréquente. Leur association à d'autres ressources ou  la possibilité de de les traiter et/ou produire avec l'aide des matériels informatiques (sont encore d'autres possibles... non sans précaution à l'égard "de la protection des mineurs, de la propriété intellectuelle, du droit à l'image - C2i enseignant A.3.3). Histoire et ECJS se rejoignent ici - proposition de l'académie de Grenoble.

Trois catégories d'usages laissant apparaître des interrogations pédagogiques :

  • L'enseignant trouve et utilise des ressources numériques en classe
  • L'enseignant élabore des documents pédagogiques composites pour ses élèves
  • L'enseignant fait produire des documents (vidéo ou composites) par ses élèves

1 - La projection des vidéos numériques dans le cours d'histoire

  • N'est pas à proprement parlé une "activité TICE" sauf à utiliser un TNI ou à donner un travail dans le cadre de l'ENT qui combine l'analyse de la ressource avec un travail numérique qui valide d'ailleurs des compétences B2i. C'est pourtant la situation la plus courante et elle se justifie à bien des égards lorsqu'un extrait de discours contemporains ou autre... se donne à voir et à entendre au lieu de la lecture du texte du livre par exemple et qu'il est analysé comme tel, plus comme un document à comprendre et donc à savoir critiquer (éducation à l'image).
  • La sélection de la ressource est donc cruciale. L'utilisation d'une ressource prévue pour l'enseignement, comme les Jalons du temps présent de l'INA ou bien le Site.tv, parce qu'elle est accompagnée d'un éclairage sur la source, la contextualisation et même l'utilisation média, pose moins de problème qu'un document extrait de You Tube, DailyMotion ou tout autre extrait court qui ne nous dit rien des auteurs, du contenu... Démonstration est faite avec l'avertissement sur les films de propagande de Vichy dans l'INA par rapport au "nimbus libéré", dessin animé produit par Vichy et disponible sur le net sans le moindre éclairage.
  • L'utilisation de vidéos numériques d'informations TV non accompagnées, ou bien de conférences disponibles sur Canal-U et autres grands établissements, n'a pas été envisagé ici.

2 - L'élaboration de documents pédagogiques composites pour les élèves

Les enseignants ont la possibilité d'insèrer des liens vers des vidéos numériques, voire d'intégrer des vidéos, dans les diaporamas qui servent de support de cours ou d'exercice pour les élèves. Cela conduit à trois remarques :

  • La nécessité de veiller aux questions de droit.
  • Celle d'une mise en rapport pertinent avec une autre source, un autre support autour du thème d'étude ou sur le même thème (approche comparée).
  • Celle de la formation et/ou autoformation de l'enseignant -C2i, A.1.5 et A.2.1, sachant que l'enseignant se sent de plus en plus souvent amené à proposer à ses élèves d'utiliser eux-mêmes ce support de présentation et d'écriture.

3 - La production de documents numériques composites (dont vidéos) par les élèves

  • Davantage peut-être dans le cadre de l'ECJS et de la pédagogie de projet que dans le cours d'histoire, l'idée est de donner à présenter, à argumenter, mais aussi à comprendre les problèmes du scénario, de la préparation, de la réalisation, du montage...
  • In fine, qu'il s'agisse d'un montage à partir d'une séléction (après solution sur les droits) ou bien d'une production propre - un exemple sur "Population et nourriture en 2050" présenté lors de la réunion -, les élèves produisent une argumentation dont le résultat est compréhensible ou non par tous... au lieu d'un écrit. 

Conclusion en forme de synthèse :

 tic et vidéo2.jpgtic et vidéo1.jpg